5 schémas d’apprentissage à connaître avant d’apprendre une langue

L’apprentissage d’une langue peut parfois donner le tournis à l’apprenant. Par où commencer ? Qu’apprendre en premier ? Voici les principaux schémas d’apprentissage !
Author's Avatar
5 schémas d’apprentissage à connaître avant d’apprendre une langue

Par où commencer ? Si vous envisagez – ou si vous avez déjà envisagé – d’apprendre une nouvelle langue, alors vous vous êtes probablement déjà posé cette question. Pour notre équipe d’experts, la réponse est limpide : pour commencer, il faut… commencer. Se jeter à l’eau, franchir le pas ou, plutôt, franchir l’étape du premier clic ; télécharger l’application, essayer gratuitement le premier cours, et persévérer dans son apprentissage des langues.

La méthode développée par Babbel se veut ainsi très facile d’accès : découverte du vocabulaire, exercices de prononciations, dialogues et outil de révision : toutes nos leçons sont optimisées pour des laps de temps courts – 15 minutes environ.

Mais doit-on pour autant suivre une voie d’apprentissage unique lorsqu’on apprend une langue ? Doit-on commencer par l’apprentissage du vocabulaire, ou celui de la grammaire ? Quel est le meilleur schéma d’apprentissage possible ?

Suivre son propre chemin d’apprentissage

Disons-le tout de suite : il est difficile d’apprendre une langue en se limitant à un chemin imposé. Chaque professeur, chaque méthode et chaque apprenant auront leurs propres préférences. Le but de cet article sera donc de vous aider à identifier le schéma d’apprentissage le plus naturel pour vous.

Pour plus de clarté, nous allons vous présenter cinq schémas d’apprentissage types. Chacun d’eux a ses atouts, mais aussi ses inconvénients. À vous de choisir ensuite lequel est le plus adapté à votre profil !

Schéma nº 1 : tout miser sur l’apprentissage du vocabulaire

C’est probablement le schéma d’apprentissage le plus répandu et le plus naturel, que la plupart des apprenants choisissent d’ailleurs pour commencer à apprendre une langue : apprendre quelques mots par-ci, par-là, souvent les plus utilisés, pour les situations du quotidien. « Bonjour », « Comment allez-vous ? », « Ça va, merci », « un café s’il vous plaît » – des phrases types et des expressions idiomatiques qu’on retrouve généralement en premier dans la plupart des méthodes d’apprentissage des langues, des guides de conversation, des brochures touristiques, etc.

Les atouts d’un schéma d’apprentissage axé sur le vocabulaire :

→faible difficulté (apprendre à dire bonjour dans toutes les langues est relativement facile)
→utile rapidement (l’apprentissage commence par les phrases les plus utilisées au quotidien)
→motivant (en situation réelle, les premiers mots seront utiles et utilisés tous les jours, donnant envie de complexifier ses phrases)
→très bon entraînement à la prononciation (difficile de se tromper dans la prononciation ou la compréhension des mots utilisés, tant ils sont courants)

Schéma n° 2 : commencer l’apprentissage d’une langue par les mots apparentés

Voici une variante du schéma d’apprentissage précédent ; avec cependant une différence fondamentale : les premiers mots appris ne seront pas forcément les mots plus courants, mais les mots dits « apparentés » les plus utilisés dans la langue d’apprentissage.

Qu’appelle-t-on « mots apparentés » au juste ? Les mots apparentés (ou cognates en anglais) sont ces mots que l’on peut qualifier de « vrais amis » (par opposition aux faux-amis). Et ils sont très simples à assimiler ! Prenons l’exemple d’une personne française qui souhaite apprendre l’anglais. Celle-ci ne le sait peut-être pas encore mais elle bénéficie, dès le début, d’un énorme avantage sur des personnes ayant une langue maternelle différente et qui souhaiteraient apprendre la même langue. En effet, 45 % des mots anglais proviennent du français !

On retrouve des mots apparentés dans toutes les langues mais ce sont probablement les langues latines et anglo-saxonnes qui en ont le plus entre elles. Des milliers de mots sont concernés, souvent techniques (en sport, en médecine…), mais tout aussi souvent d’usage quotidien. C’est d’ailleurs l’un des atouts de la méthode d’apprentissage des langues élaborée par le contingent d’experts de Babbel : jouer sur les ressemblances entre les mots, à la fois dans une même langue, mais aussi entre une langue et une autre.

Quelques exemples de mots apparentés en français et en anglais

→ Table
→ Television
→ Radio
→ Garage
→ Hotel
→University
→Fruit

Schéma n° 3 : commencer par apprendre les règles de grammaire

Plébisicitée par les esprits rationnels, les amateurs de puzzles et autres fondus des casse-tête, c’est l’école de la rigueur par excellence ! Commencer par apprendre la grammaire est un excellent moyen de se plonger dans une nouvelle langue, si tenté que vous aimiez détricoter le pourquoi du comment et comprendre le fonctionnement sous-jacent d’une structure linguistique. C’est aussi la méthode préférée des apprenants qui aiment relever des défis.

Mais si l’efficacité d’un schéma d’apprentissage centré sur la grammaire n’est plus à prouver, c’est une méthode qui demande pas mal de rigueur et de volonté. Pas la meilleure façon de motiver quelqu’un, donc ! En revanche, elle intéressera les anthropologues, les psychologues et autres professionnels des sciences humaines qui pensent que la structure grammaticale d’une langue détermine, définit, ou façonne la structure de la pensée.

Le saviez-vous ?

Le navajo est l’une des langues amérindiennes les plus parlées… mais aussi l’une des plus difficiles à apprendre au monde ! Comptant 177 000 locuteurs natifs (notamment dans l’Arizona et l’Utah), la langue navajo ne ressemble à aucune autre. En effet, en navajo, il y a très peu de noms communs ou propres : tout passe par les verbes, auxquels on ajoute un ou plusieurs préfixes et/ou suffixes.

Cette langue est tellement difficile à décoder qu’elle fut utilisée contre le Japon par les États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale. Une langue si compliquée que malgré la capture de soldats navajos, l’armée japonaise n’a jamais pu décoder ce langage !

Schéma n° 4 : apprendre l’alphabet, le b.a.-ba

C’est la méthode la plus naturelle lorsqu’on choisit d’apprendre une langue qui utilise un alphabet différent. On commencera bien souvent par apprendre l’alphabet cyrillique avant d’apprendre la langue russe, par exemple.

Néanmoins, l’apprentissage d’un alphabet complet est souvent laborieux et peut démotiver plus d’une personne. Il peut être plus facile d’apprendre l’alphabet en apprenant intuitivement à lire, à répéter, à prononcer des mots simples et transparents (les fameux mots apparentés) comme Автомат (automate) ou Идеал (idéal).

Schéma n° 5 : apprendre en pratiquant

C’est la méthode préférée des globe-trotters, et probablement la meilleure façon de rester motivés : se lancer dans le grand bain dès le début. Essayer de parler avec des locuteurs natifs, en se débrouillant avec les quelques mots appris par-ci, par-là, en enrichissant son vocabulaire et sa maîtrise de la prononciation au fil des rencontres.

C’est aussi une façon très gratifiante d’apprendre une langue puisqu’elle permet de mesurer ses progrès de jour en jour, mais qui favorise aussi la mémorisation des tics de langage et des automatismes faussés . Un risque vite résorbé par l’utilisation conjointe d’une méthode souple et adaptée à vos besoins !

Quelle langue désirez-vous apprendre ?