Le point sur certains acronymes du net comme FOMO ou YOLO

Après avoir lu cet article, ces expressions n\’auront plus de secrets pour vous !
YOLO

Peut-être que vous maitrisez déjà parfaitement bien la signification et l’usage de FOMO et YOLO. Actuellement, on utilise tellement de courts acronymes pour se référer à certains concepts qu’on en oublie qu’avant, on utilisait des phrases claires et complètes pour les exprimer. Mais même si ces lettres majuscules font désormais partie de votre langage courant, vous ne connaissez peut-être pas leur origine. Avant de découvrir leur origine, révisons leur signification et leur emploi.

Fear Of Missing Out (FOMO) :

La peur de passer à côté de moments de qualité. FOMO se réfère à ce sentiment qu’on ressent quand tous nos amis sont réunis quelque part et s’amusent sans nous. 

Emplois : 

  • J’ai vu tout le monde chez John sur leur stories Instagram, et maintenant j’ai la FOMO.
  • Sally ne parvient pas à se décider entre deux choix professionnels à cause de sa FOMO. Elle a peur de passer à côté d’excellentes opportunités en choisissant aussi bien l’un que l’autre.

Joy Of Missing Out (JOMO): 

Tout le contraire de FOMO, c’est le fait de ressentir de la joie même si l’on sait que les autres s’amusent, ou non, sans nous. Ce détachement auquel on aspire tous ! 

Emplois :

  • Tous ses amis avaient beau se retrouver dans un bar sans elle, Jane avait la JOMO, en restant tranquillement chez elle à regarder un film. 
  • Après avoir été accro aux réseaux sociaux pendant des années, Joe les a supprimé et s’est enfin senti serein, il avait la JOMO

You Only Live Once (YOLO):

Une philosophie qui consiste à prendre des risques et vivre pleinement sa vie parce qu’on en n’a qu’une seule. C’est cette petite voix qui vous dit d’envoyer ce message, ou de sauter de cette falaise, de vous lancer d’une manière générale. 

Emplois :

  • J’ai donné mon numéro de téléphone à cet inconnu hier, parce que YOLO ! 
  • Matt a directement accepté le poste hier, il a juste dit YOLO et s’est lancé.

Leur origine

Alors que ces acronymes ont largement été utilisés avec les réseaux sociaux, certaines de ces expressions et leur signification d’origine remontent à plus longtemps. 

FOMO

Aussi surprenant que cela puisse paraître, le terme FOMO a été inventé avant que les réseaux sociaux n’explosent. L’écrivain et actuel investisseur en capital-risque Patrick McGinnis a été le premier à utiliser ce terme, dans un article publié dans le magazine de la Harvard Business School. La FOMO a beau être étroitement associée aux réseaux sociaux, ce sentiment s’est répandu bien avant. Cette peur joue sur le désir inné de l’être humain d’appartenir à un groupe et de se sentir inclus. Les réseaux sociaux étant accessibles par tous, tout le temps, ils amplifient ce sentiment. 

JOMO

C’est un sentiment dont on aurait probablement pas parlé si la FOMO n’avait pas été si présente sur les réseaux sociaux. Le terme JOMO a été utilisé pour la première fois par Anil Dash, blogueur et PDG dans le domaine de la technologie, en 2012, suite à l’utilisation croissante de FOMO. Le sentiment de soulagement et de satisfaction lorsqu’on annule une sortie pour rester tranquillement à la maison ne date pas d’hier. Mais le fait que FOMO soit de plus en plus employé n’a fait que renforcer l’opposition au phénomène et c’est ainsi que JOMO s’est aussi glissé dans notre langage. 

YOLO

La chanson de Drake est-elle vraiment à l’origine de l’une des plus grandes expressions familères ? Peut-être. Certaines sources affirment que YOLO n’est qu’une forme moderne de la fameuse expression latine Carpe diem ou “Vis le moment présent”. L’origine de l’acronyme n’est pas attribuée à une personne en particulier, mais YOLO s’est bel est bien imposé dans le monde entier en 2012. L’expression a été reprise par différents groupes à travers le monde, notamment dans les fraternités, pour encourager certains comportements en soirées. 

Apprenez une nouvelle langue dès aujourd'hui.
ESSAYEZ BABBEL
Partagez :
Hannah Wehrle

Actuellement stagiaire au service éditorial, Hannah a approfondi ses études en langue et littérature espagnoles ainsi qu’en anthropologie à l’université. Depuis son plus jeune âge, elle voue une passion à l’apprentissage de l’espagnol et à l’écriture créative. Originaire de Brooklyn, c’est là que vous pouvez souvent la rencontrer en train de se promener avec ses deux caniches ou attablée en terrasse, profitant pleinement des cafés de la ville.

Actuellement stagiaire au service éditorial, Hannah a approfondi ses études en langue et littérature espagnoles ainsi qu’en anthropologie à l’université. Depuis son plus jeune âge, elle voue une passion à l’apprentissage de l’espagnol et à l’écriture créative. Originaire de Brooklyn, c’est là que vous pouvez souvent la rencontrer en train de se promener avec ses deux caniches ou attablée en terrasse, profitant pleinement des cafés de la ville.