Parlez une langue comme vous en avez toujours rêvé

Parlez une langue comme vous en avez toujours rêvé

Faites un essai ! La première leçon est offerte.

Le football à travers le monde en 8 expressions

Avec l'Euro 2016, la France va attirer cette année encore des supporters venus de toute l'Europe. Pour vous aider à vous préparer à cet évènement, nous vous avons concocté un lexique du football avec des expressions venues des quatre coins de la planète.

L’Euro 2016 se rapproche et avec lui, le temps où vous n’entendrez plus parler que de football. Pour certains, c’est synonyme de paradis. Mais tout le monde n’entretient pas une sainte passion pour le foot. Si vous avez du mal à vous remémorer la terminologie et la composition des équipes, ne désespérez pas. Vous pourrez toujours faire mouche en utilisant une des ces expressions footballistiques.

1. Gras fressen (allemand)

Quoi ? On utilise cette expression lorsqu’une des équipes donne tout pour la victoire, sans se soucier du beau jeu. Le dévouement et l’esprit d’abnégation des joueurs atteignent alors un tel degré, qu’on dit qu’ils sont prêts à « manger l’herbe » sur le terrain.

Quand ? Quand l’équipe que vous supportez a atteint la demi-finale, mais est à la traîne au compteur et commence à baisser les bras, à quelques minutes de la fin. Le moment parfait est venu de les encourager à manger l’herbe !

2. Fox in the box (anglais)

Quoi ? L’expression décrit un attaquant de pointe qui sait être impitoyable dans la surface de réparation. Le profil type du renard ? Il est toujours prêt à décrocher un corner ou à mettre un but de la tête sur une balle mal dégagée. Ça vous rappelle quelqu’un ? Miroslav Klose, par exemple ? Justement, nous aussi.

Quand ? Quand le numéro 9 égalise à 30 secondes du coup de sifflet final, en profitant du chaos total qui a suivi le dernier corner afin de pousser du bout de l’orteil la balle entre les jambes du gardien.

3. Dar un baño (espagnol)

Quoi ? Quand l’une des deux équipes marque un but à chaque occasion, mène 4-0 à la mi-temps et récupère systématiquement la balle quand l’adversaire fait la mise en jeu. En clair, quand l’une équipe écrase l’autre.

Quand ? Pour celle-là, il faudra peut-être attendre la Coupe du monde 2018 et le prochain match Allemagne-Brésil.

4. Nettoyer les toiles d’araignées (français)

Quoi ? Difficile de faire plus imagé que cette expression ! Elle est employée pour décrire un but particulièrement puissant, qui vient frapper de plein fouet le coin arrière de la lucarne, sans laisser aucune chance au gardien.

Quand ? Quand l’attaquant vient de faire un semi-marathon à travers le terrain avant de dribbler les derniers défenseurs, fixer le gardien à gauche et cadrer sa frappe sans laisser aucune chance à ce dernier.

5. Sędzia kalosz! (polonais)

Quoi ? Les Polonais traitent l’arbitre de « bottes de caoutchouc » quand celui-ci multiplie les erreurs, ne voit pas des fautes évidentes ou même, semble pencher en faveur d’une équipe (celle de l’adversaire, évidemment).

Quand ? Chaque fois que vous jugez que le but marqué par votre équipe est refusé à tort pour position de hors-jeu.

6. Zlatanera (suédois)

Quoi ? Zlatan Ibrahimovic : l’Homme, la Légende, celui qui a réussi à entrer dans le dictionnaire… Ses fans du monde entier ont été tellement inspirés par Zlatan Ibrahimovic qu’ils en ont créé une langue officieuse entièrement basée sur son nom, et destinée à décrire des prouesses footballistiques tout simplement… zlatanesques. Les Suédois sont même allés plus loin puisqu’ils ont officialisé le verbe zlatanera en l’introduisant dans leur liste des néologismes en 2012, et le définissant comme la domination totale de l’équipe adverse. À quand « zlataner » dans le Larousse ?

Quand ? Quand un attaquant trompe un défenseur puis le gardien par un coup de génie et que la balle termine au fond du filet.

7. Tiro telefonato (italien)

Quoi ? Cette expression décrit une passe tellement prévisible que le joueur aurait pu téléphoner au gardien adversaire pour prévenir celui-ci de la trajectoire de la balle.

Quand ? Quand votre équipe lutte désespérément pour remonter au score, que l’attaquant a réussi à semer les derniers défenseurs, est en position parfaite pour marquer… et tire droit sur le gardien, lui faisant offrande de la balle.

8. Levar um frango (portugais)

Quoi ? Pas facile d’être un gardien de but. Surtout au Brésil, où il existe des châtiments spéciaux pour les malheureux maladroits, qui se voient en effet gratifiés d’un poulet. Bon d’accord, ils ne reçoivent pas vraiment un poulet. Mais l’expression leur est personnellement adressée par les supporters lorsque celui-ci commet une série d’erreurs qu’ils considèrent impardonnables.

Quand ? C’est l’expression parfaite quand un gardien laisse filer la balle entre ses jambes, et fait perdre tout espoir à son équipe par la même occasion. D’ailleurs, si vous avez envie de découvrir d’autres expressions footballistiques brésiliennes, c’est par ici !

Envie d'apprendre une nouvelle langue ?

Essayer dès maintenant !