El Niño, tornade, ouragan : d’où viennent les noms de ces phénomènes météorologiques extrêmes ?

En plus de l\’étymologie, vous trouverez dans notre article de nombreuses curiosités météorologiques. Pour en savoir plus, lisez notre article !
mer démontée

Depuis que nous sommes confrontés aux effets catastrophiques du réchauffement climatique, les médias du monde entier accordent de plus en plus d’attention aux phénomènes météorologiques. Et c’est bien ! Car pour lutter contre ses effets, une action humaine commune et une connaissance généralisée sont nécessaires. Ces derniers temps, le sujet numéro est le phénomène El Niño. Cela consiste en une augmentation de la température des eaux du Pacifique, qui provoque des événements météorologiques extrêmes dans différentes parties du monde. Dans l’article ci-dessous, nous allons définir ces phénomènes et vérifier d’où viennent leurs noms. Préparez-vous à une “tempête étymologique” qui va secouer vos connaissances actuelles !

D’où viennent les noms des phénomènes météorologiques extrêmes ?

El Niño

Se caractérise par des températures élevées au-dessus de la moyenne dans les eaux de l’océan Pacifique près de l’équateur. Cette situation engendre des événements climatiques tels que les sécheresses en Amérique du Nord et du Sud, les fortes précipitations et inondations en Asie, ainsi qu’une augmentation significative de la température moyenne mondiale sur toute l’année.

Étymologie : El Niño signifie “garçon”, “enfant” en espagnol. Son nom tire son origine de la saison au cours de laquelle le phénomène se déclenche, autour de Noël. Il est intéressant de noter que le contraire d’El Niño est La Niña, qui signifie “petite fille” en espagnol. Scientifiquement, cela signifie une diminution supérieure à la moyenne de la température des eaux du Pacifique.

Une tornade (en anglais : “tornado”)

Se manifeste sous la forme d’un entonnoir d’air qui s’étend de la surface terrestre jusqu’aux nuages de pluie. Ce phénomène est également appelé trombe. Le 3 mai 1999, le Canada a été frappé par une tornade avec des rafales atteignant environ 482 km/h, établissant un record de mesures qui n’a pas été battu à ce jour.

Étymologie : ce nom vient du mot espagnol tornar, qui veut dire “se retourner”, “tourner”. Selon certaines sources, le terme “tornade” a été utilisé pour la première fois au milieu du XVIe siècle, lorsque des explorateurs de l’époque ont vu de leurs propres yeux une tornade dans l’océan Pacifique.

Ouragan (en anglais : hurricane)

est un vent soufflant à des vitesses supérieures à 115 km/h. Le phénomène est souvent désigné par des prénoms, comme Katrina, qui a ravagé la Nouvelle-Orléans en 2005. Il semblerait que les habitants des régions traversées par les vents destructeurs soient plus impressionnés par les ouragans portant un nom. Jusque dans les années 1970 du dernier siècle, on leur donnait exclusivement des noms féminins. Cependant, sous l’influence du mouvement féministe, les ouragans ont commencé à recevoir des noms masculins. Il est intéressant de noter que la dénomination de ce phénomène est totalement libre. Le même ouragan peut porter un nom différent aux quatre coins du globe.

Étymologie : les scientifiques affirment que le mot “ouragan” provient de la langue d’un peuple amérindien, les Taïnos. L’expression hurucane était utilisée pour décrire le “mauvais esprit du vent”. À leur tour, les Espagnols, qui ont emprunté le mot, ont utilisé hurakán pour désigner “la divinité responsable des tempêtes et du mauvais temps”.

Typhon (en anglais : typhoon)

est le nom utilisé dans le contexte des ouragans qui se produisent en Asie de l’Est et du Sud-Est. Un fait intéressant concernant les typhons est qu’à leur cœur se trouve ce que l’on appelle un œil du cyclone, qui n’est pas couvert par les nuages. Il y règne un silence sans vent, car les vents de surface qui convergent vers lui ne l’atteignent finalement pas.

Étymologie : le nom vient du chinois 大風(tai fung), qui signifie “fort vent en provenance de la mer de Chine méridionale et du Pacifique”.

Un tsunami (orthographe identique en anglais)

est, selon le Centre international d’information sur les tsunamis de l’UNESCO, une série de vagues océaniques exceptionnellement hautes et longues causées par un tremblement de terre sous-marin. Le phénomène des tsunamis était déjà connu dans l’Antiquité. Les spécialistes de l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA) affirment que le volcan situé sous l’île de Santorin est entré en éruption à l’époque avec la force de quatre bombes atomiques, projetant 150 milliards de tonnes de roches dans l’air. L’explosion a provoqué une vague gigantesque qui a coûté la vie à plus de 100 000 personnes et a détruit la civilisation minoenne en Crète et dans les îles voisines.

Étymologie : le nom vient du mot japonais 津波(tsu nami), où le premier terme signifie “port”, “havre”, et le second terme signifie “vague”.

La sécheresse (en anglais : drought)

est une période avec peu ou pas de précipitations, souvent caractérisée par des températures très élevées. L’une des plus longues sécheresses enregistrées à ce jour est le Dust Bowl aux États-Unis, une période entre 1931 et 1938 au cours de laquelle dix-neuf États américains ont été privés de précipitations. Cette situation a entraîné la plus grande migration interne de l’histoire des États-Unis. Selon certaines estimations, la sécheresse et les tempêtes de sable ont contraint plus de 2,5 millions d’Américains à quitter leur domicile pour s’installer ailleurs.

Étymologie : drought vient du vieil-anglais drūgath, qui signifie “sécheresse”, également dans le domaine météorologique.

Une tempête de neige (en anglais : blizzard)

est un phénomème qui consiste en des rafales qui transportent de la neige sans précipitations au même moment. Le mot śnieg (“neige”) provient de la période pré-slave (sněgъ) et se retrouve dans toutes les langues slaves.

Étymologie : l’origine du mot blizzard reste peu claire. Il existe une théorie selon laquelle il serait dérivé du gaélique écossais et signifierait “une rafale de vent soudaine”. D’autres, en revanche, font remonter son origine au mot allemand blizartig, qui signifie “en forme d’éclair”. Il est beaucoup plus facile de déterminer quand il a été employé pour la première fois dans le sens contemporain utilisé jusqu’à maintenant. Le 14 mars 1870, un journal américain a publié un texte sur une tempête de neige dans l’Iowa. Pour la décrire, le journaliste a utilisé le mot blizzard.


Babbel offre des podcasts, des jeux, des révisions et des exercices basés sur des conversations du quotidien.
TESTER BABBEL
Partagez :