Le roumain, la plus latine des langues d’Europe de l’Est

Seule langue romane orientale, le roumain est une langue atypique. Et parce qu’apprendre une langue rare est toujours une bonne idée, nous vous proposons de découvrir ensemble les spécificités excentriques de cet idiome méconnu !
Author's Avatar
Le roumain, la plus latine des langues d’Europe de l’Est

La Roumanie est une terre de mythes. Derrière la brume, par-delà les forêts et les montagnes, la légende de Dracula est dans tous les esprits. Dans la petite ville médiévale de Bran, le château de Vlad III dit « L’Empaleur » continue de faire frissonner les mordus de vampires. Mais la Roumanie cache un secret dont personne ne semble connaître l’existence : le roumain.

Au nord l’Ukraine, au sud la Bulgarie, à l’ouest la Serbie… elle est peut-être majoritairement entourée de pays slaves, mais la Roumanie a su conservé sa culture latine. Oui, le roumain est bel et bien une langue romane à part entière ! Osons braver les histoires glaçantes qu’on raconte sur la Transylvanie pour en apprendre plus sur la merveilleuse langue qui y est parlée.

Des Romains aux Roumains

Le roumain est la langue officielle de la Roumanie et de la Moldavie et a le statut de langue régionale en Ukraine. Elle compte une vingtaine de millions de locuteurs, ce qui la classe loin derrière l’espagnol, le français et le portugais et leur milliard de locuteurs cumulés. Essentiellement parlé en Europe de l’Est, le roumain n’en est pas moins une langue fascinante et attachante. La plus originale des néo-latines, sans aucun doute.

Si la langue roumaine est romane, c’est parce qu’elle a des origines romaines. En établissant une province sur les bords du Danube, l’Empire romain a propagé une version du latin dans les Balkans : le latin danubien. Plusieurs siècles de domination latine expliquent la formation progressive du proto-roumain, le substrat supposé du roumain moderne.

Ensuite rattachée à l’Empire romain d’Orient, la région a adopté la religion orthodoxe, toujours dominante en Roumanie aujourd’hui. Les Romains n’ont pourtant pas été les seuls colonisateurs du territoire. Slaves, Hongrois et Ottomans se sont succédé… Mais le roumain est resté latin.

Comment la langue a-t-elle résisté à ces autres influences ? C’est une énigme. Les racines romaines étaient peut-être si profondément ancrées qu’aucune invasion n’a su les déloger.

Malgré tant de mystères qui planent autour des origines de la langue, une chose est sûre. En parlant français, vous possédez des bases solides pour apprendre le roumain. Par exemple, bien se dit bine, bon se dit bun. En outre les mots pardon et merci sont identiques dans les deux langues.

D’autres rapprochements possibles entre le français et le roumain :

  • les mots français en « -tion » finissent souvent en « -ție » en roumain : migrație, fascinație, producție
  • Les mots en « -té » sont la plupart du temps en « -ate » : universitate, mentalitate, libertate
  • Les mots en « -isme » se terminent régulièrement en « -ism » : terorism, socialism, rasism, dinamism
  • Les mots en « -gie » sont généralement semblables : energie, biologie, genealogie, magie, nostalgie

L’alphabet roumain

Place à l’écriture ! Les Roumains sont le seul peuple orthodoxe à utiliser l’alphabet latin. Malgré cinq lettres originales, l’alphabet roumain est facile à lire pour un Français. D’autant plus que la langue roumaine est phonétique !

Les mots se prononcent exactement comme ils s’écrivent. Ce qui est loin d’être le cas du français ! Quant aux cinq lettres roumaines, elles ne sont pas totalement nouvelles. Elles reprennent des lettres de l’alphabet latin en ajoutant un signe diacritique, c’est-à-dire un accent ou une cédille.

Rien de bien compliqué pour les francophones habitués au ç de « garçon » ou au ê de « forêt ».

  • ț se prononce comme le « ts » de « tsar » : on retrouve cette lettre dans Franța (France)
  • ș se prononce comme le « ch » de « chat » : on retrouve cette lettre dans București (Bucarest)
  • ă se prononce comme le « e » de « que » : on retrouve cette lettre dans Chișinău, la capitale moldave
  • â se prononce comme le « ы » russe ou le « ı » turc : on retrouve cette lettre dans România (Roumanie)
  • î remplace le â en début de mot : les deux lettres se prononcent de la même façon

Ça sent le supin !

Néanmoins, certains aspects du roumain sont réellement déroutants. Contrairement aux autres langues néo-latines, le roumain a conservé les déclinaisons du latin (nominatif, génitif et vocatif). Sur ce point, elle se rapproche plus des langues slaves voisines qui utilisent le même système que du français ou de l’italien.

Mais le roumain fait encore plus original ! Tout d’abord, il y a l’article postposé, une curiosité que l’on retrouve aussi dans le danois par exemple. Au lieu de séparer l’article du nom, le roumain attache le premier à la fin du second. Un peu comme si on disait chienle au lieu de le chien en français. En roumain, « chien » se dit câine et « le chien » caînele. C’est plutôt amusant et pas bien compliqué à assimiler.

Abonnez-vous à notre chaîne YouTube !

On ne peut pas en dire autant du supin, une autre invention du roumain qui demande plus de pratique pour parfaitement comprendre le fonctionnement. À mi-chemin entre le nom et le verbe, le supin est un participe passé qui exprime une intention. En français, c’est généralement l’infinitif qui remplit cette fonction.

Voyons deux exemples :

  • « J’ai beaucoup à faire » : Am multe de făcut (J’ai beaucoup à fait)
  • « Facile à dire, facile à faire » : Ușor de zis, greu de făcut (Facile à dit, difficile à fait)

L’usage du supin témoigne de la relation plutôt tumultueuse du roumain avec l’infinitif. Sans le savoir, les Français utilisent souvent l’infinitif. Ce n’est pas le cas des Roumains qui s’expriment plutôt de cette façon :

  • « sans le savoir » : fără să știu (sans que je le sache)
  • « je veux danser » : vreau să dansez (je veux que je danse)
  • « je peux venir » : pot să vin (je peux que je vienne)
  • « je dois partir » : trebuie să plec (je dois que je parte)
  • et ainsi de suite…

Enfin, sachez que les conjugaisons en roumain sont beaucoup plus simples qu’en français ou en espagnol. Une compensation comme une autre !

Le roumain en 10 expressions clés

Pour finir cette introduction à la langue roumaine, voici un lexique de 10 mots et expressions pratiques en roumain. À retenir avant de vous lancer dans un voyage inoubliable au cœur des Carpates :

1. Bonjour : Bună ziua

2. Je m’appelle… : Mă numesc…

3. Je suis français·e : Eu sunt francez

4. J’habite (en France / à Paris) : Locuiesc (în Franța / la Paris)

5. J’ai… ans : Am… de ani

6. Je comprends / Je ne comprends pas : Eu înțeleg / Eu nu înțeleg

7. Parlez-vous français / anglais ? : Vorbiți franceză / engleză ?

8. Je voudrais… : Aș vreau să

9. Où est… ? : Unde este… ?

10. Je suis en vacances : Sunt în vacanță

Quelle langue désirez-vous apprendre ?