Portrait : Pierre, 62 ans d’apprentissage des langues

Aujourd’hui, nous vous présentons un épisode de notre série de portraits d’utilisateurs Babbel – un instantané de leur vie et les raisons pour lesquelles ils apprennent une nouvelle langue. Si vous souhaitez partager votre histoire, faites-le nous savoir dans les commentaires. Cette fois, nous vous présentons Pierre, de Bengy-sur-Craon, près de Bourges. À 73 ans, […]
02/09/2015
Portrait : Pierre, 62 ans d’apprentissage des langues


Aujourd’hui, nous vous présentons un épisode de notre série de portraits d’utilisateurs Babbel – un instantané de leur vie et les raisons pour lesquelles ils apprennent une nouvelle langue. Si vous souhaitez partager votre histoire, faites-le nous savoir dans les commentaires. Cette fois, nous vous présentons Pierre, de Bengy-sur-Craon, près de Bourges. À 73 ans, ce militaire à la retraite a déjà une grande expérience des langues étrangères et a décidé de se mettre à l’espagnol avec Babbel.

 
« J’ai utilisé, en 62 ans environ que je subis l’apprentissage des langues, beaucoup de méthodes. Babbel est la seule que je poursuis encore avec plaisir et efficacité. Vous pouvez citer cette opinion où vous voulez. Cordialement, Pierre »
C’est par le biais de ce gentil message que Pierre nous a contactés. Intrigués par la mention de 62 années d’apprentissage des langues, nous avons voulu en savoir plus sur son expérience et sur sa longue histoire d’apprentissage qu’il a bien voulu nous raconter :
« Comme beaucoup, j’ai commencé à apprendre les langues à l’école, explique-t-il. À 10 ans, je découvrais le latin et l’allemand ; à 12 ans le grec ancien. Lors de mes études supérieures, à l’école militaire, j’ai recommencé l’allemand de mes 23 à 25 ans, puis de mes 25 à 26 ans je me suis mis au russe. Ma carrière de militaire a été l’occasion pour moi d’apprendre les langues au gré de mes déplacements. De mes 28 à 31 ans, j’ai été envoyé au Tchad et c’est là que j’ai appris l’arabe dialectal soudano-tchadien. En 1990, j’ai appris le polonais et le tchèque. À côté de ma carrière de militaire, j’ai effectué plusieurs missions bénévoles au Ghana et à Madagascar où j’ai enseigné le français et l’équitation, ma grande passion depuis toujours. Là-bas, j’ai commencé à apprendre le malgache à l’aide d’un livre, puis en pratiquant la langue avec les habitants. Même sans être complètement polyglotte, j’ai toujours mis un point d’honneur à apprendre les rudiments de la langue des pays que j’ai visités. Pour moi, il s’agit d’une question de politesse. Il est important d’être curieux et de savoir au minimum dire « bonjour et bonsoir » dans la langue du pays. C’est la moindre des choses d’apprendre les bases, de savoir acheter son pain, de commander au restaurant…
Aujourd’hui je profite de ma retraite pour faire du cheval tous les jours de 7h à 11h du matin et aussi pour voyager. Bien entendu, je continue à apprendre les langues des pays que je visite. Récemment j’ai pu perfectionner mon niveau d’arabe tout en découvrant le Maroc. Ce sont les voyages qui m’ont donné envie d’apprendre les langues. Mon dernier coup de cœur est l’espagnol. Lors d’un de mes derniers voyages à Salamanque, en Espagne, je suis tombé en admiration devant cette ville et cette langue. Alors je me suis inscrit sur Babbel et j’apprends désormais l’espagnol plusieurs fois par jour sur mon Smartphone. Je m’y mets même la nuit car je trouve que c’est une excellente façon de s’endormir tous feux éteints. Mon prochain projet de voyage sera d’aller passer l’hiver aux Canaries et de mettre en pratique mon espagnol. C’est cet objectif qui me motive à apprendre un peu plus tous les jours.
De toutes les langues que j’ai apprises, ma seule bête noire reste l’anglais. J’ai commencé plusieurs fois, sans jamais continuer. Mais je ne désespère pas d’y arriver et une fois que j’en aurai fini avec l’espagnol, j’apprendrai l’anglais ! Chaque chose en son temps. »

Author Headshot
Pauline Bénéat
Pauline Bénéat vient de Brest, en France. Elle a étudié les sciences politiques à Sciences Po Rennes et a suivi un cursus d'études européennes à l'Université de Bath. Après avoir vécu en France, aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Allemagne, elle s'est finalement installée à Berlin et a rejoint l'équipe de Babbel en 2013.
Pauline Bénéat vient de Brest, en France. Elle a étudié les sciences politiques à Sciences Po Rennes et a suivi un cursus d'études européennes à l'Université de Bath. Après avoir vécu en France, aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Allemagne, elle s'est finalement installée à Berlin et a rejoint l'équipe de Babbel en 2013.

Sur le même sujet

Fantômes et esprits d’Halloween : comment célèbre-t-on les défunts à travers le monde ?

Fantômes et esprits d’Halloween : comment célèbre-t-on les défunts à travers le monde ?

Comment fête-t-on les morts dans le monde ? D’Halloween au Jour des Morts, du Japon au Népal : embarquez avec nous dans ce tour du monde… macabre !
Une étude scientifique révèle que les utilisateurs de Babbel améliorent leurs compétences orales, leur grammaire et leur vocabulaire

Une étude scientifique révèle que les utilisateurs de Babbel améliorent leurs compétences orales, leur grammaire et leur vocabulaire

Malgré le succès commercial et l’omniprésence croissante des applications d’apprentissage des langues, il existe peu d’informations sur les acquis d’apprentissage concrets des utilisateurs de ces applications. Babbel tient à faire preuve de transparence en révélant quels processus d’apprentissage sont mis en jeu, et comment les apprenants peuvent améliorer leurs compétences orales. C’est pour cette raison […]
Comment Babbel peut servir de complément aux cours de langue traditionnels et favoriser l’intégration des migrants

Comment Babbel peut servir de complément aux cours de langue traditionnels et favoriser l’intégration des migrants

Zach travaille dans l’équipe communication de Babbel et collabore avec des linguistes et des universitaires de diverses disciplines sur des projets de recherche. Dans cet article, il revient sur une étude de cas récente, réalisée avec une équipe de chercheurs de l’université de Göteborg en Suède. Les résultats de ce travail montrent que les applications […]