Quelles sont les différences entre l’accent australien et l’accent néo-zélandais ?

L’accent australien et l’accent néo-zélandais sont à la fois très proches… et très différents. Comment réussir à les distinguer facilement ?
Comprendre l'accent australien vous sera d'une grande aide, si vous visitez le pays

De la même manière que l’accent anglais canadien est très différent de l’accent britannique ou américain, les Néo-Zélandais (ou Kiwis, comme nous les appelons affectueusement) et les Australiens possèdent un accent distinctif lorsqu’ils parlent anglais. Mais comment faire la différence entre l’accent néo-zélandais et l’accent australien ?

Afin de partir du bon pied avec vos amis kiwis et australiens, voici quelques indices qui vous permettront de distinguer l’accent australien et l’accent néo-zélandais !

Comment distinguer l’accent néo-zélandais de l’accent australien ?

1. Prononciation des voyelles

Bien que l’anglais parlé en Australie et en Nouvelle-Zélande peut sembler relativement similaire pour une oreille non avertie, des recherches ont montré qu’il existe un contraste net dans la prononciation des voyelles. Les Australiens ont tendance à prononcer leurs voyelles en mettant davantage l’accent sur le son [ee], tandis que les Néo-Zélandais prononcent davantage le son [u]. On en trouve un exemple clair dans la façon dont la plupart des Kiwis prononcent « fish and chips ». Ils sont susceptibles de dire quelque chose de plus proche de fush and chups ou f’sh et ch’ps, alors que la plupart des Australiens diraient quelque chose de plus proche de feesh and cheeps.

Il en va de même pour les Australiens qui prononcent « Sydney » comme Sidney, plutôt que les Kiwis qui pourraient le prononcer plus proche de Sudney. Ces différences de voyelles peuvent sembler subtiles, même pour les autres anglophones, mais c’est ce que vous devez rechercher si vous voulez faire une distinction précise.

2. Argot et vocabulaire

Les Australiens et les Néo-Zélandais sont issus de deux pays qui aiment particulièrement utiliser les expressions familières et l’argot dans le langage quotidien. C’est presque comme si nous avions deux mots pour tout en Australie – et il semble que nos voisins kiwis aiment faire la même chose également ! Par exemple, les Australiens appellent une glacière portable un esky, tandis que les Néo-Zélandais la connaissent sous le nom de chilly bin.

Les Néo-Zélandais ont aussi leur propre argot, comme le terme Jandals – qui désigne les tongs, ou « flip-flops » comme les Américains les connaissent.

3. Abréviations

Les Australiens aiment également raccourcir et abréger les mots, ce qui est un aspect essentiel de l’anglais australien (lien en anglais). Par exemple : breakfast (petit-déjeuner) se dira brekkie, McDonalds = Maccas, dinner (dîner) = dins, et ainsi de suite.

Nos abréviations sont un langage à part entière, et nous pouvons à peine compter le nombre de vidéos où les Australiens énumèrent toutes les abréviations inhabituelles que nous utilisons. Si vous êtes vraiment chanceux, vous trouverez des Australiens qui laissent même tomber les dernières lettres de mots comme « running » ou « crying » pour dire plutôt runnin’ ou cryin’.

4. Prononciation

Hormis la différence de prononciation des voyelles, les études suggèrent que ces accents sont les plus homogènes de tous les pays anglophones. Si nous devions imaginer un spectre des différences auditives existantes au sein des différents accents anglais, dans lequel l’accent australien se situerait à l’extrême gauche et les accents des États-Unis d’Amérique à l’extrême droite, nous pourrions placer l’accent néo-zélandais plus près du côté australien ; les accents britanniques se situant eux quelque-part au milieu.

En outre, l’anglais néo-zélandais et l’anglais australien ont la spécificité d’être non-rhotique. Si vous êtes curieux de savoir ce que cela signifie, la rhoticité fait référence au degré de prononciation du R dans un accent. L’anglais non rhotique, ou les accents non rhotiques, se caractérisent par l’abandon du son [r] pour les mots se terminant par R, comme dans la plupart des accents britanniques (lien en anglais).

Théories sur la distinction

Alors pourquoi ces deux accents sont-ils si proches et pourtant si éloignés ? Les linguistes ont proposé deux théories principales pour expliquer les similitudes entre l’accent australien et l’accent néo-zélandais : la théorie du « salad bowl » (le saladier) et la théorie de « l’origine unique ».

Les partisans de la théorie du saladier pensent que le nouvel accent a évolué à partir du mélange des accents et des dialectes des premiers immigrants en Nouvelle-Zélande et en Australie. En revanche, les partisans de la théorie de l’origine unique pensent que les Kiwis et les Australiens sont tous deux les héritiers d’une variété particulière d’anglais britannique, liée à la colonisation du continent. Puisqu’ils avaient des groupes d’immigrants similaires, leurs accents doivent être similaires. Mais il y a encore beaucoup de débats, tant dans le monde universitaire qu’au pub local !

Apprenez l'anglais avec Babbel
COMMENCEZ AUJOURD'HUI
Partagez :