Parlez une langue comme vous en avez toujours rêvé

Parlez une langue comme vous en avez toujours rêvé

Faites un essai ! La première leçon est offerte.

Comment économiser en vacances grâce aux langues étrangères

Parler une ou plusieurs langues étrangères peut vous aider à économiser des sous pendant les vacances. Cet article vous propose une petite liste de trucs et astuces pour embellir votre séjour et passer des vacances relax sans gaspiller d’argent.

Sur une échelle de 1 à 10, à quel niveau situeriez-vous votre envie de voir les vacances d’été arriver ? Déjà le paysage marin s’étend devant vos yeux, le bruit des vagues s’écrasant sur la plage résonne dans vos oreilles, vous sentez le cocktail glacé que vous tenez entre les mains et la chaleur du sable sous vos pieds. Comment ? La mer, très peu pour vous ? Vous avez prévu un séjour culturel dans une ville d’art et d’histoire ? Fort bien. Car peu importe la destination ou le programme : les vacances sont faites pour la détente, pour profiter du temps libre et jouir de chaque instant avant de retourner à la vie normale frais et dispos, la tête pleine de souvenirs, riche de nouvelles expériences. À propos de riche… Voilà le point épineux qui peut venir obscurcir ce paysage radieux : entre les déplacements, les séjours, les dépenses par-ci par-là, le repos bien mérité peut parfois coûter cher. Mais avant de ranger la serviette de plage et les lunettes de soleil au placard, pourquoi ne pas chercher des solutions innovantes ? Comment faire afin de limiter ses dépenses sans sacrifier ses envies ? Est-ce qu’il n’existe pas des combines un peu plus sophistiquées que les compagnies aériennes low costs ?

Avez-vous d’ailleurs déjà pensé que connaître la langue du pays dans lequel vous voyagez – ou au moins posséder quelques bases ­– peut, concrètement, vous aider à faire des économies ? Si vous avez envie de savoir comment, lisez la suite !

Faites descendre les passagers inutiles

Celui qui ne connaît qu’une langue a tendance à déléguer l’organisation à des intermédiaires, que ce soit des agences de voyage, des groupes ou des guides touristiques. Si on peut trouver un certain confort à se croiser les bras et ne pas avoir à s’occuper de tous les détails pratiques, c’est moins drôle quand l’addition salée qui va avec arrive sur la table.

Maîtriser un minimum la langue du pays dans lequel on souhaite se rendre – ou au moins l’anglais – fait gagner beaucoup de temps et évite les complications inutiles : vous pouvez tout préparer vous-même dans les moindres détails, sans avoir besoin de dépenser un sous pour un intermédiaire. En plus de ça, vous gagnez en indépendance et en liberté : quand on y pense, tout le monde n’a pas envie de se lever à des horaires imposés par un groupe, ni de sympathiser avec son voisin d’autocar !

Logement et nourriture

Lorsqu’ils arrivent en terre inconnue, les moins experts d’entre nous choisissent souvent l’hôtel ou le restaurant le plus proche, oubliant que les plus visibles sont aussi souvent les plus touristiques… et bien sûr les plus chers. Ne vous laissez pas attirer dans le piège du restaurant qui propose la carte en français : essayez plutôt de dénicher le petit bistro typique dont la carte est disponible seulement dans la langue locale, mais où vous mangerez certainement mieux en dépensant moins ! Si vous arrivez à baragouiner ne serait-ce que quelques mots, il se pourrait même qu’on vous invite à une soirée ou à un évènement spécial, occasion unique de vous plonger dans la culture locale et de découvrir des us et coutumes authentiques – et qu’aucun guide ne mentionne.

La juste récompense

« À Rome, fais comme les Romains », dit le proverbe. La question du pourboire est souvent délicate, chaque pays ayant sur ce point-là ses propres règles. Pour éviter soit de vous attirer des regards malveillants, soit de gaspiller inutilement une partie de votre budget parce que vous pensiez qu’il était d’usage de laisser un pourboire de 30%, une enquête rapide au préalable peut s’avérer utile et vous épargner des situations gênantes. Demandez tout simplement à quelqu’un du coin s’il peut vous renseigner sur la bonne façon de faire.

Taxi ? Non merci !

Voilà encore une excellente opportunité d’économiser des sous ! Lorsqu’on se retrouve dans un endroit dont on ne parle pas la langue, on peut très vite se sentir désorienté – mais à cause de la barrière linguistique, on hésite parfois à demander son chemin. Et souvent, pour contourner la difficulté, on fait appel à la solution ultime : le taxi. Pourquoi ne pas plutôt se risquer à aborder un autochtone ? Si en plus vous lui parlez dans sa langue, la personne se mettra certainement en quatre pour vous aider. Et si votre destination est vraiment trop loin, vous pouvez toujours demander où louer un vélo : de nombreuses villes disposent aujourd’hui de systèmes de location – parfois même avec la première heure gratuite ! Or c’est souvent le meilleur moyen de découvrir un endroit et de se sentir libre de ses mouvement : installez-vous sur la selle et pédalez tranquillement à travers les rues en suivant votre instinct et les conseils des gens du coin que vous rencontrez, plutôt que la carte du guide !

Parler une langue étrangère vous aide à économiser de l’argent en vacances et vous permet de faire des rencontres uniques, de vivre des moments authentiques : en rencontrant la population autochtone, en vous plongeant dans la culture locale et en vous écartant des sentiers battus, vous aurez toutes les chances de vivre des expériences inoubliables… Et ça, ça n’a pas de prix !

Envie d'apprendre une langue ?

Essayez maintenant !