Turc

« Application très bien conçue. (...) Parfait avant un voyage à l‘étranger. »

« Les langues vivantes faciles. »

« L‘un des leaders de l‘apprentissage de langues en ligne. »

Turc

De nombreuses personnes ont décidé, pour des raisons diverses et variées, d’apprendre à parler turc. Un étudiant suivant un programme d’échanges universitaires Erasmus a choisi une université turque pour poursuivre ses études. Le turc lui sera très utile lors de son installation et facilitera son intégration et sa compréhension. Avec une économie en pleine expansion, la Turquie bénéficie de l’arrivée d’investissements étrangers. Sur un plan professionnel, parler turc sera un atout de taille, par exemple au sein d’une entreprise ou d’une organisation internationale. Sur un plan personnel, on peut avoir envie de parler turc si on a un ou une ami(e) venant de Turquie, ne serait-ce que par plaisir de comprendre la langue et la culture du pays. Certaines personnes apprennent également le turc parce qu’elles ont de la famille en Turquie. D’autres aiment y retourner pour leurs vacances et ont envie de communiquer avec les habitants qui ne parlent pas forcément une autre langue.

Langue altaïque (mot dérivé des monts Altaï), le turc est très parlé dans les pays où les communautés immigrées turques sont bien présentes comme l’Allemagne, la Grèce, l’Iran ou la Moldavie. Avant de devenir une république, la Turquie était l’Empire ottoman pendant plus de 600 ans. La langue puisait ses racines du persan et de l’arabe classique. Avec Atatürk, premier président de la Turquie en 1923, on assista à un bouleversement linguistique étonnant. De l’alphabet arabe on passa à l’alphabet latin. Le but était de faire correspondre écriture et prononciation, facilitant son apprentissage et bien entendu d’avoir une langue nationale. Bon nombre de mots sont repris des langues occidentales comme l’allemand ou le français.

L’alphabet turc comprend 29 lettres. Parmi elles, certaines sont diacritiques, c’est-à-dire qu’ajoutées à des lettres, elles modifieront la prononciation. On peut citer le g avec une barre ğ, le s cédille (ş) ou les voyelles comprenant un tréma comme ü et ö. Le turc fait partie des langues dites agglutinantes. Tout est prononcé en turc, on ne trouve donc pas de lettres muettes, ni d’association de voyelles. Vous n’entendrez pas non plus d’articles définis ou les genres masculin et féminin. Le verbe avoir n’existe pas et les autres sont placés en fin de phrase. Chaque langue a son chanté et son rythme. Lorsque vous parlez turc, la prononciation suit un certain nombre de critères. La place des voyelles et des consonnes à l’intérieur des mots source et des terminaisons de mots est très importante. Pour exemple, deux voyelles seront obligatoirement séparées par les consonnes “y” (en effet, en turc, le “y” n’est pas une voyelle) ou “n”. De plus, les deux voyelles doivent être de la même catégorie, c’est-a-dire “douce” ou “dure”. On peut noter également le “h” toujours aspiré et le roulement du “r”.

Grâce à babbel.com, vous pourrez suivre des cours interactifs pour apprendre à parler turc.

1turworldmap