Parlez une langue comme vous en avez toujours rêvé

Parlez une langue comme vous en avez toujours rêvé

Faites un essai ! La première leçon est offerte.

4 techniques d'apprentissage par 4 pro des langues étrangères, ou comment apprendre efficacement dès la première heure

Nous avons mis 4 polyglottes au défi d'apprendre le roumain en 60 minutes. Voici leurs 4 conseils afin de tirer le maximum de l'apprentissage d'une nouvelle langue, dès la première heure.

Croyez-vous qu’il soit possible d’apprendre une langue étrangère en une heure ?

Ben voyons !

On sait, on sait… On s’attendait à ce genre de réactions sceptiques. Il serait ridicule de croire qu’on peut apprendre une nouvelle langue en 60 minutes seulement. Personne ne serait capable de connaître par cœur les mots de la lettre A d’un dictionnaire bilingue en aussi peu de temps, alors une nouvelle langue… Dans le meilleur des cas, le commun des mortels serait peut-être capable d’enregistrer dans sa mémoire à court terme une dizaine de mots ainsi que quelques phrases de base, destinés à être oubliés dès le lendemain. Accomplir quoique ce soit de plus en une heure ? Impossible ! À moins que…

Nous avons voulu contre-vérifier cette hypothèse. Pour cela, nous avons lancé le défi à quatre polyglottes, spécialistes de l’apprentissage des langues étrangères.

Pour ne pas complètement décourager nos challengers, nous leur avons proposé un défi difficile, mais pas impossible : apprendre le roumain en une heure. Pourquoi le roumain ? Parce qu’il s’agit d’une langue latine qui, comme telle, ressemble beaucoup à d’autres langues comme l’italien, l’espagnol, le français ou le portugais, que nos experts parlent déjà (tout comme le catalan et l’occitan pour certains d’entre eux). Et pour être sûr qu’ils puissent tirer le maximum de cette heure dédiée à l’apprentissage, nous leur avons assigné un professeur particulier de langue maternelle roumaine, afin de les coacher et de les soutenir dans leurs progrès respectifs.

Chaque participant suivant sa propre méthode d’apprentissage, vous pourrez ainsi retenir de chacun d’entre eux quelques techniques utiles et applicables par n’importe qui, du novice monolingue au geek des langues.

Alex Rawlings – Royaume-Uni

Je suis un peu nerveux. C’est probablement la chose la plus folle que j’ai jamais faite en matière d’apprentissage des langues. En même temps, découvrir de nouveaux idiomes m’a toujours passionné et j’ai toujours eu beaucoup de plaisir à le faire. Mon but ? Être capable d’avoir une petite conversation en roumain autour d’un café. Ça vous semble raisonnable ?


A video posted by Babbel (@babbel.languages) on


Son truc : les verbes en premier

Avec seulement une heure devant lui avant d’exposer ses avancées dans l’apprentissage du roumain, Alex savait qu’il fallait s’y mettre tout de suite. Il a donc choisi de se concentrer sur les verbes les plus couramment utilisés, ainsi que leur conjugaison. Une fois cela acquis, il a pu s’attaquer avec sa prof aux noms communs, afin de les utiliser dans des phrases simples, mais essentielles.

Luca Lampariello – Italie

Chaque conversation que je peux avoir avec quelqu’un qui parle une autre langue me motive à l’apprendre. L’interaction humaine est primordiale pour moi.


A video posted by Babbel (@babbel.languages) on


Son truc : prendre tout de suite la parole

Parler ne veut pas dire s’exprimer parfaitement. Même quelques bribes peuvent donner de la confiance à l’oral. Apprendre à prononcer des phrases dans une nouvelle langue et parvenir à se faire comprendre par des gens dont c’est la langue maternelle est incroyablement motivant. Bien sûr, les erreurs sont inévitables, mais on apprend aussi beaucoup plus vite que lorsqu’on s’attache à la perfection – qui n’est finalement que théorique.

Michael Youlden – Royaume-Uni

Nous parlons tous un certain nombre de langues romanes, ce qui va certainement nous aider à acquérir rapidement quelques notions en roumain.


A video posted by Babbel (@babbel.languages) on


Son truc : garder une trace écrite

L’apprentissage des langues consiste surtout à activer et réactiver ses connaissances. Il n’y a aucun intérêt à apprendre quelque chose si c’est pour l’oublier ensuite. Prononcer de nouveaux mots à haute voix est important, mais les coucher sur le papier l’est tout autant. Après tout, les mots ont à la fois une forme orale et écrite. Il est prouvé que la prise de notes est un moyen efficace de graver durablement du vocabulaire nouveau dans la mémoire. Écrire aide à mémoriser, ce qui aide à son tour à parler… C’est un cycle. Par ailleurs, il est facile de consulter ses notes lorsqu’on veut réviser ce qu’on a appris.

Matthew Youlden – Royaume-Uni

Je vais me concentrer sur les liens de parenté avec les langues que je connais déjà. Il est évident qu’aucun d’entre nous ne sera capable de s’exprimer couramment au bout d’une heure, mais on devrait tous être capables de se débrouiller avec du vocabulaire de base et quelques phrases simples.


A video posted by Babbel (@babbel.languages) on


Son truc : identifier les ressemblances avec d’autres langues

Les mots apparentés sont des mots que l’on retrouve dans plusieurs langues et qui se ressemblent dans leurs formes écrite et orale du fait de leur origine commune. Si vous apprenez une langue de la même famille que votre langue maternelle, vous pourrez facilement détecter de nombreux mots apparentés. Identifiez ces termes déjà familiers et utilisez-les comme référence afin d’élargir ensuite votre vocabulaire avec des mots qui vous sont moins familiers. Je prends l’exemple de l’anglais, ma langue maternelle. L’anglais, qui est une sorte de mélange hybride de langue germanique et romane, comprend de nombreux termes que l’on retrouve en allemand, en néerlandais et en suédois, mais d’autres aussi qui ressemblent au français, à l’espagnol, à l’italien, au portugais, et bien sûr, au roumain !