15 expressions québécoises géniales à utiliser cet hiver

On sait qu’une image vaut mille mots – ce que l’on sait moins souvent c’est que pour se réchauffer, une expression québécoise imagée vaut mille poutines. Démonstration.
15 expressions québécoises géniales à utiliser cet hiver

Le point commun entre Céline Dion, les caribous et la poutine ? Le Québec, bien sûr ! Et la Belle Province a bien d’autres trésors nationaux en réserve – à commencer par ses expressions colorées qui ont rendu perplexes plus d’un touriste français.

Dans un pays où l’on tombe en amour, où l’on se balade en char et jure à grands coups d’hosties, ce ne sont pas les images qui manquent. Accrochez vos’ tuques, voici 15 expressions québécoises géniales à ajouter à votre panoplie lexicale cet hiver !

Pour fêter l'entrée dans cet hiver, voici nos 15 expressions québécoises favorites

15 expressions québécoises rigolotes à apprendre cet hiver

Accrocher ses patins

Abandonner, jeter l’éponge. Ex : Il a tenté le concours du plus gros mangeur de poutine mais il a dû accrocher ses patins.

Attacher sa tuque

Au Québec, une tuque est un bonnet. Cette expression québécoise signifie donc « s’accrocher », « se tenir prêt ». Ex : Attache ta tuque, ça va décoiffer !

Avoir de l’eau dans la cave

Se dit de quelqu’un qui a un pantalon trop court. En France on « ira » plutôt à la pêche aux moules. Ex : Regarde ton fils, il a de l’eau dans la cave, il ferait mieux d’aller magasiner !

Avoir eu des coups de pied dans l’cul 

Se dit de quelqu’un de très grand – en France on est plus sympa, on fait manger de la soupe.  Ex : Quel échalas celui-là, il a eu des coups de pied dans l’cul !

Avoir l’air d’la chienne à Jacques 

Se dit de quelqu’un de mal habillé (en France on parlerait de l’as de pique). Ex : Non mais regarde comment tu es accoutré, tu as l’air de la chienne à Jacques !

Avoir les mains pleines de pouces

Être maladroit, avoir deux mains gauches. Ex : Clémentine est une catastrophe, elle a les mains pleines de pouces.

Caller l’orignal

Vomir (bruyamment) après une soirée bien arrosée. Du verbe anglais « to call », appeler – il semblerait que les chasseurs québécois aient eu pour habitude d’attirer l’orignal en imitant son cri lorsqu’il est en rut. Ex : Louis ? Il est en train de caller l’orignal.

Chiquer la guenille

Se dit d’une personne qui ronchonne. Ex : Ma voisine passe son temps à chiquer la guenille.

Être assis sur son steak

S’utilise pour désigner une personne qui ne fait rien, qui se tourne les pouces. Ex : Merci pour ton aide, j’ai préparé le dîner pendant que tu étais assis sur ton steak.

Passer la nuit sur la corde à linge

S’emploie pour dire que l’on a passé une nuit blanche. Il faut dire qu’après avoir passé la nuit sur une corde a linge, on est probablement lessivé. Ex : Tu n’as pas bonne mine – J’ai passé la nuit sur la corde a linge.

Se calmer le pompon

S’utilise pour inviter quelqu’un à se calmer.  Ex : Calme-toi le pompon, tu vois bien qu’on n’y est pour rien !

Sentir le swing

Sentir la transpiration. Ex : Chéri tu sens le swing, tu voudrais pas aller prendre une douche ?

Se sécher les dents 

Se dit de quelqu’un qui sourit de manière forcée. Désigne par extension un comportement faux-cul. Ex : T’as pas un peu fini de te sécher les dents devant le patron ?

Tirer une bûche

S’utilise pour inviter quelqu’un à s’asseoir. Date d’une lointaine époque à laquelle les gens avaient peu de moyens et des bûches en guise de siège. Ex : Allez, Roger, tire-toi une bûche !

Toutter de la haine

Klaxonner. Ex : Il doit y avoir un embouteillage, ils sont tous en train de toutter de la haine.

Parlez des langues comme vous en avez toujours rêvé
Découvrez Babbel
Quelle langue désirez-vous apprendre ?