Top 10 : les mots de l’été préférés de la rédaction !

Si l’on vous dit « plage », « soleil », « vacances »… à quoi pensez-vous ? À l’été bien sûr ! Voici notre Top10 des mots de l’été du monde entier !
Author's Avatar
Top 10 : les mots de l’été préférés de la rédaction !

On ne va pas se mentir : nous sommes fin août, la rentrée se rapproche à grands pas et le retour au bureau s’annonce mouvementé… Un peu comme tous les ans, en fait. Et pourtant, on a parfois tendance à l’oublier, mais la belle saison n’est pas encore tout à fait terminée. Du moins pas officiellement, puisque l’été 2019 prendra fin le 23 septembre dans l’hémisphère nord. Vous avez donc encore le temps d’en profiter pleinement ! Pour vous aider à lutter contre le blues de la rentrée, nous avons demandé à nos collègues leurs mots préférés, ceux qui leur évoquent les vacances, le soleil, le farniente… bref, tous ces mots qui sentent bon les embruns marins et la crème solaire ! Voici donc nos 10 mots de l’été préférés, collectés tout autour du globe.

Nos mots favoris de l’été : le classement 

10. Badkruka

  • Origine : Suède 🇸🇪
  • Définition : quelqu’un qui refuse d’aller dans l’eau.

Il fait de plus en plus chaud et vous n’avez plus qu’une chose en tête : aller à la plage avec vos amis et piquer une tête dans l’eau fraîche. Qui sautera en premier ? Telle est la question !

Nous ne sommes pas égaux devant la frilosité quand il s’agit d’aller se baigner. Quand certains trépignent à l’idée de se jeter la tête la première dans l’eau fraîche, d’autres mettent des plombes à plonger le petit doigt de pied. Est-ce à cause du froid ou parce qu’ils ont peur de l’eau ? Mystère. Reste qu’en Suède, les pleutres du courant froid sont souvent montrés du doigt. Il existe un terme spécifique à la langue suédoise pour décrire ces personnes-là : badkruka. 

Est-ce un mot vraiment courant ? La réponse est oui. Et pour cause : si en Suède, 1,8 million de personnes (soit 20 % de la population) possèdent une maison de campagne où ils vont passer l’été, on recense 95 700 lacs dans le pays, occupant ainsi environ 9 % de la superficie totale du territoire. Un paradis pour le baigneur audacieux, un cauchemar pour le badkruka !

9. Culaccino

  • Origine : Italie 🇮🇹
  • Définition : une auréole d’eau ou une marque laissée par un verre humide sur une surface.

Lorsque vient la tombée de la nuit et que le mercure finit par chuter, il n’y a qu’une chose plus agréable que de siroter un verre de vin italien entre amis : c’est de siroter un verre de vin italien entre amis… en Italie. Mais attention : une invitation à boire un verre de Pinot Grigio* peut vite tourner au désastre si vous oubliez d’utiliser les sous-verres préalablement distribués par votre hôte.

Ne pas en faire usage occasionnerait l’apparition de très disgracieuses culaccini sur la belle table basse du salon, et elles sont très difficiles à faire partir…

*Fonctionne également avec le Chianti en Toscane, le Valpolicella en Vénétie, le Nero d’Avola en Sicile oue.

8. Datcha (дача)

  • Origine : Russie 🇷🇺
  • Définition : une résidence d’été à la campagne.

Pour peu que vous ayez déjà lu Tchekhov, Dostoïevski ou Pouchkine, vous connaissez déjà l’importance du mot datcha dans la culture russe. La dat’quoi ? La datcha voyons, cette petite maison de campagne si prisée de l’aristocratie russe. Apparu au XVIIIe siècle, le terme datcha proviendrait en fait du verbe davat (давать, donner) : en effet, Pierre 1er de Russie (modestement dénommé Pierre le Grand dans les manuels d’histoire) aurait pris l’habitude d’offrir une datcha à ses hauts responsables, fonctionnaires et officiers de haut rang pour les récompenser de leurs services, tout en peuplant la périphérie de Saint-Pétersbourg, alors capitale de l’Empire russe.

Dans les faits, une datcha ne ressemble à aucune autre résidence secondaire. Bien plus qu’un simple lieu d’habitation, la datcha incarne un certain art de vivre, un refuge loin de l’agitation des villes où les familles peuvent cultiver des légumes, aller pêcher, nager dans le fleuve ou travailler dans les champs. Il y a toujours du travail à faire dans une datcha, que ce soit pour ramasser des baies, couper du bois, ratisser des feuilles ou faire chauffer le samovar afin de faire un thé. La meilleure façon de récolter les fruits de ses efforts ? Faire griller et déguster un délicieux chachlyk (шашлык) traditionnel au barbecue.

7. Meltem

  • Origine : Turquie 🇹🇷
  • Définition : une brise estivale qui souffle des terres vers la mer.

Avez-vous déjà visité la côte turque entre juin et septembre ? Alors vous avez sans doute déjà senti souffler le meltem, ce vent violent et sec qui vient du Nord de la mer Égée. Un coup de vent souvent bref et rafraîchissant, tant la chaleur peut être assommante dans la région. Attention néanmoins à ne pas en profiter trop longtemps, des fois qu’une tempête de sable se forme sur la plage et emporte vos précieuses affaires tout là-bas, au large.

Heureusement, les autochtones connaissent en général les criques les mieux abritées du vent pour aller nager, et se feront un plaisir de vous en indiquer le chemin. Assurez-vous simplement de bien lester votre serviette étendue sur le sable avec des cailloux pour qu’elle ne s’envole pas.

6. Meriggiare (italien)

  • Origine : Italie 🇮🇹
  • Définition : éviter la chaleur du midi en se reposant à l’ombre.

Ce très joli verbe italien est directement tiré du mot meriggio (midi), et s’apprécie tout particulièrement sous la chaleur méditerranéenne. En effet, meriggiare fait référence à la pause ombragée indispensable lors des heures les plus chaudes de la journée. Pour les plus italophones d’entre vous, nous ne saurions trop vous recommander la lecture du célèbre poème d’Eugenio Montale, Meriggiare pallido e assorto.

5. Siesta 

  • Origine : Espagne 🇪🇸
  • Définition : une sieste, un petit somme dans l’après-midi, après le déjeuner.

Quand on parle de chaleurs torrides et de repos ombragés, l’Espagne n’est jamais très loin. Vivre à l’heure d’été espagnole est une expérience en soit : tout est propice à la sieste. On peut éviter la chaleur du milieu de la journée, travailler moins longtemps, profiter d’un long déjeuner en famille, opter pour une sieste régénérante l’après-midi et, le plus important, faire le plein d’énergie pour aller faire la fête jusqu’à l’aube.

Officiellement l’heure de la sieste a lieu entre 14 h et 17 h, tandis que les bars et restaurants ferment eux à 16 h pour rouvrir lorsque les températures baissent, en début de soirée. En 2010, Madrid a même lancé le premier championnat de sieste national, en hommage à cette institution nationale si populaire.

4. Sommerloch

  • Origine : Allemagne 🇩🇪
  • Définition : littéralement, « trou d’été ». Utilisé pour parler des grandes vacances et de la saison oisive, où rien ne se passe et tout semble suspendu.

Lorsque les différents JT n’ont plus rien à se mettre sous la dent et s’éternisent sur les sempiternels sauvetages de chatons, c’est souvent un signe. Le signe que nous sommes entrés dans la léthargie estivale, cette loooooooooonnnnnnnggguuue parenthèse durant laquelle aucune information ne semble avoir d’intérêt. Cette période, les Allemands lui ont donné un nom : le Sommerloch, qui signifie littéralement « trou estival », et qui trouve donc tout naturellement sa place dans notre classement des mots de l’été !

On parle aussi parfois de Sauregurkenzeit (le temps des cornichons ou concombres aigres-doux), expression renvoyant à au Berlin du XVIIIe siècle, lorsque les commerces profitaient de l’été pour se réapprovisionner en Gurken (les cornichons).

3. Uitwaaien

  • Origine : Pays-Bas 🇳🇱
  • Définition : se promener au gré du vent, en général seul, pour se changer les idées.

Une langue capable de résumer un moment de détente en un seul mot ? Vous pouvez mettre votre main à couper qu’il s’agit du néerlandais. Profiter du soleil pour partir en plein air et rendre visite à votre sanctuaire préféré, en tête-à-tête avec vous-mêmes, ne serait-ce que pour une demi-heure ? C’est justement la définition du verbe néerlandais uitwaaien. À la mer, en forêt, au bord d’un lac ou dans un parc : il y a toujours un moment approprié !

2. Utepils 

  • Origine : Norvège 🇳🇴
  • Définition : une bonne bière que l’on déguste dehors ; souvent employé pour parler de la première bière de la saison que l’on peut siroter en plein air.

Peu importe la saison : les Norvégiens apprécient la bière fraîche. Alors quand vient enfin l’été, c’est tout naturellement qu’ils savourent l’arrivée des beaux jours avec une bonne utepils. Ce mot-valise, contraction du mot norvégien ute (extérieur) et de pils (un type de bière d’origine tchèque) est une véritable ode à la bière que l’on savoure à l’extérieur : sur la plage, dans les parcs ou chez soi, dans l’intimité de son balcon ou de son jardin. À ce titre, il aurait d’ailleurs largement pu prétendre remporter notre classement des mots de l’été !

1. Yamakoz 

  • Origine : Turquie 🇹🇷
  • Définition : le reflet de la lune dans la mer.

Et voici le vainqueur de notre palmarès des mots de l’été, sans doute le plus poétique aussi. Pour comprendre le sens du mot yamakoz, essayez d’abord de vous représenter une ville côtière turque, un soir de pleine lune. Le ciel est magnifique, et la beauté des reflets scintillants du clair de lune sur le clapotis des vagues a quelque chose de magique. Et bien oui, il existe bel et bien un mot en turc qui décrit parfaitement la magie de l’instant : yakamoz, lui-même issu du grec diakamos (διακαμός), un terme faisant référence à la phosphorescence de la mer.

Hors catégorie :  juillettistes et aoûtiens

  • Origine : France 🇫🇷
  • Traduction : les vacanciers qui prennent leurs vacances en juillet ou en août.

 

Nous ne pouvions pas finir ce classement des mots de l’été sans rendre hommage à LA spécialité estivale française : le chassé-croisé des vacances, ses interminables bouchons et son vocabulaire si spécifique. Tous les ans, la même question revient : qui va partir en vacances en juillet, et qui va partir en août ?

 

Loin d’être anodine, la question n’est pas sans conséquence. Ainsi les juillettistes sont généralement perçus comme plus paresseux, désirant se faire la malle dès que possible tandis que leurs collègues continuent à bûcher, bien contents de revenir au bureau en août lorsque tout est plus calme et qu’il y a moins de travail. Les aoûtiens, plus traditionnels, ne sont pas peu fiers de revenir au bureau en septembre, tout bronzés, tandis que leurs collègues ont déjà repris le travail depuis plusieurs semaines.

 

On estime qu’ un salarié sur trois prend ses vacances en août – même si le chiffre grimperait à 42 % à Paris. De l’aveu des Parisiens, c’est même le meilleur moment de l’année pour visiter la Ville Lumière !

Parlez des langues comme vous en avez toujours rêvé
Je bénéficie d'une leçon Babbel gratuite
Quelle langue désirez-vous apprendre ?