Quelle langue désirez-vous apprendre ?Right Arrow
Apprenez une langue où et quand vous voulez

8 expressions en anglais… qui n’ont aucun sens !

Qu’est-ce qu’un dog day (jour de chien), de toute façon ?
8 expressions en anglais… qui n’ont aucun sens !

La langue anglaise est remplie de tournures de phrases colorées. Si vous êtes un locuteur natif de la langue, vous en avez probablement appris beaucoup par osmose. Leur signification semble si évidente que vous n’avez peut-être jamais pensé à la raison pour laquelle un violon est si bien fait (fiddle is so fit qui signifie être en pleine forme), ou pourquoi « cold turkey » signifie abandonner quelque chose. Il y a sûrement une certaine logique derrière tout cela, mais certaines expressions idiomatiques en anglais n’ont aucun sens !

Il peut y avoir de nombreuses raisons pour lesquelles certaines phrases n’ont aucun sens. Peut-être que leur signification originale a été perdue avec le temps, ou que les définitions des mots individuels ont changé. Examinons de plus près certains de ces idiomes et proverbes, pour voir où exactement les choses vont mal.

Ces expressions en anglais qui n’ont aucun sens :

to sweat like a pig (transpirer comme un porc)

C’est-à-dire : transpirer beaucoup

Celle-ci peut sembler logique. Les cochons transpirent beaucoup, n’est-ce pas ? Il s’avère qu’ils ne transpirent pas en fait. Ils possèdent quelques glandes sudoripares comme les autres mammifères, certes, mais leur méthode préférée pour se rafraîchir est de trouver un bon bain de boue.

Pourquoi dit-on que quelqu’un transpire comme un porc, alors ? Il s’avère que c’est le raccourcissement d’une phrase plus ancienne : « to sweat like a pig iron» (transpirer comme de la fonte brute) Ce nom vient d’un procédé qui consistait à verser du fer chaud sur du sable, qui se transformait en petits globules ressemblant à des cochons (les ferronniers l’appelaient donc « fer de porc »). Lorsqu’il refroidissait, il accumulait des gouttelettes d’eau qui donnaient au fer une apparence de sueur. C’est une origine plutôt obscure pour une phrase très largement utilisée.

it’s raining cats and dogs (il pleut des chats et des chiens)

C’est-à-dire : il pleut beaucoup

Dans toute l’histoire météorologique, il y a eu quelques occasions où des animaux sont tombés du ciel. Les vents violents qui soufflent pendant les tempêtes ont projeté des créatures qui aiment l’eau, comme les poissons et les grenouilles, sur les humains très choqués qui vivent sur la terre ferme. Mais il n’y a jamais eu de rumeur sur une pluie de chats et de chiens.

Malheureusement, on ne sait pas très bien d’où vient l’idée des douches d’animaux. Les théories vont de la mauvaise interprétation du mot en vieil anglais « catadupe », qui signifie « chute d’eau », à une référence à la mythologie nordique. Nous savons que la plus ancienne référence à cette idée provient d’un recueil de poèmes du 17e siècle de Henry Vaughan, qui a écrit qu’un toit survivrait « à une pluie de chats et de chiens » (dogs and cats rained in shower). Peut-être l’idée était-elle simplement que si des chiens et des chats tombaient du ciel, ils feraient des dégâts considérables aux bâtiments situés en dessous.

mad as a March hare (fou comme un lièvre de mars)

C’est-à-dire : pas sain d’esprit

Lewis Carroll a joué avec de nombreux idiomes anglais dans sa série Alice au pays des merveilles. Il basait ses personnages sur des phrases anglaises qui n’ont aucun sens parce qu’il trouvait ça drôle. L’expression « to grin like a Cheshire cat » (sourire comme un chat du Cheshire), par exemple, a inspiré le chat éthéré qui sourit toujours dans ses livres. Ironiquement, les livres de Lewis Carroll sont devenus si populaires que l’on se souvient surtout des phrases qu’il a tournées en dérision parce qu’il les a utilisées. Leurs origines sont souvent perdues.

Le personnage dont il est question ici est le lièvre de mars, qui est « fou » dans le sens de « pas sain d’esprit », pas dans celui de « en colère ». Mais qu’est-ce que cela signifie vraiment ? Si vous réarrangez la phrase, ça a un peu plus de sens : « fou comme un lièvre en mars ». L’idée est que le mois de mars est la saison des amours pour les lièvres, et que les animaux deviennent donc particulièrement hyperactifs. Ils ne sont pas « fous », mais ils peuvent certainement sembler l’être dans la frénésie de la reproduction.

dog days of summer (les jours de chien de l’été)

C’est-à-dire : la période la plus chaude de l’été

Le mois d’août est la période de l’année où l’on a l’impression que l’automne et l’hiver ne reviendront jamais. Oui, ce sont les jours de chien de l’été. Et bien sûr, l’image d’un chien étouffant dans la chaleur capture assez bien le sentiment du mois. Il semble toutefois un peu exagéré d’appeler cela des journées de chien, surtout lorsque tous les animaux souffrent sous le soleil.

Il s’avère que les « dog days of summer » proviennent d’une autre étoile : Sirius. L’étoile était le point le plus brillant de la constellation Canis Major, qui représentait l’un des chiens de chasse d’Orion. Les Grecs croyaient que pendant les périodes de l’année où Sirius et le Soleil se levaient dans le ciel en même temps (juillet-août), l’intensité combinée des deux étoiles était à l’origine de la chaleur estivale. Ils avaient tort, bien sûr, mais la phrase est restée.

kick the bucket (renverser le seau)

C’est-à-dire : mourir

Il existe d’innombrables euphémismes pour désigner la mort, dont certains sont plus logiques que d’autres. Celui-ci, par exemple, entre dans la catégorie des expressions en anglais qui n’ont aucun sens. Qu’est-ce que ça peut signifier de renverser le seau ? L’eau dans le seau est-elle le symbole de votre vie ? Ce qui est peut-être plus étrange, c’est qu’il s’agit d’un euphémisme si courant à utiliser, au point qu’il a inspiré une autre expression courante : liste de choses à faire.

Les origines de cette phrase sont incroyablement sombres. Elle est apparue dans la presse à partir du 18e siècle, et même à cette époque, il semble que les gens ne savaient pas ce qu’elle signifiait. Peut-être que c’était une référence à quelqu’un qui a été pendu, et qui a donné un coup de pied dans le seau sous ses pieds. Peut-être cela vient-il d’une pratique obscure dans l’industrie de la viande du Norfolk, en Angleterre, selon laquelle les animaux étaient attachés à un poteau de bois appelé « seau » avant d’être tués. Il existe également une vieille tradition chrétienne qui consiste à placer un seau d’eau bénite aux pieds d’une personne décédée. Nous ne le saurons probablement jamais avec certitude.

break a leg (casse-toi une jambe)

C’est-à-dire : bonne chance !

Le théâtre est rempli de vieilles superstitions. Vous ne devez jamais dire « Macbeth », vous devez garder au moins une lumière allumée dans le théâtre à tout moment et vous ne devez jamais siffler dans les coulisses. Le plus pertinent ici est que vous ne devriez pas dire « bonne chance » parce que cela garantirait presque la malchance, donc les gens disent plutôt « casse-toi une jambe». Mais si vous y réfléchissez, pourquoi cette phrase particulière est-elle la bonne dans cette situation ? Le contraire de « bonne chance » ne serait-il pas « manque de chance» ?

À ce stade, vous ne serez peut-être pas surpris d’apprendre qu’il s’agit d’une autre origine de la phrase sur laquelle personne ne s’accorde. L’une des théories les plus solides est qu’il s’agit d’une vieille expression allemande et yiddish, car « neck and leg break » ressemblait vaguement à « success and blessing ». L’une de ses premières utilisations remonte à la Première Guerre mondiale, lorsque les pilotes de l’armée de l’air allemande se souhaitaient sarcastiquement de se casser le cou et les jambes avant de décoller. Le saut vers le théâtre a été effectué à un moment donné après cet événement. Il est intéressant de noter que l’une des premières utilisations liées au théâtre est celle de la dramaturge Edna Ferber, qui a écrit sur les doublures en espérant que les stars se cassent les jambes pour qu’elles aient une chance de monter sur scène. Peut-être que « casser une jambe » n’a pas toujours été une phrase si gentille, alors.

the apple of my eye (la pomme de mon œil)

C’est-à-dire : la personne ou l’objet aimé par-dessus tous les autres

De tous les fruits du monde, il semble étrange que la pomme soit choisie par-dessus tous les autres pour être le symbole de l’amour. Bien sûr, les pommes sont bonnes, mais sont-elles vraiment la chose la plus douce à laquelle comparer votre amour ? Probablement pas. L’expression « apple of my eye » (la prunelle de mes yeux) est très ancienne, et elle n’a pas toujours eu le même sens qu’aujourd’hui. Elle remonte au moins au 9e siècle de notre ère, lorsqu’il a été écrit en vieil anglais par le roi Ælfred le Grand, mais à ce moment-là, il faisait référence à la pupille de l’œil.

On ne sait pas exactement comment s’est opéré le passage de « pupille » à « chose aimée ». Dans le Songe d’une nuit d’été, Shakespeare a écrit que la magie de Cupidon pénètre dans la prunelle de l’œil, ce qui semble signifier « pupille », mais les pouvoirs de Cupidon sont liés à l’amour, il pourrait donc y avoir un double sens ici. Il y a cependant une partie de la phrase que nous pouvons démystifier : l’utilisation du mot « apple » (pomme). Pendant un certain temps, le mot « pomme » était un terme générique pour « fruit» (c’est ainsi que l’ananas (pineapple) a obtenu son nom, bien qu’il ne soit pas une pomme au sens large). Par conséquent, la « pomme de l’œil » originelle n’était pas le fruit rouge ou vert que nous mangeons aujourd’hui, mais n’importe quel fruit.

you can’t have your cake and eat it, too (vous ne pouvez pas avoir votre gâteau et le manger aussi)

C’est-à-dire : on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre

Est-ce vraiment une expression anglaise qui n’a pas de sens ? C’est discutable. Certaines personnes pensent que c’est parfaitement logique, tandis que d’autres ont du mal à l’analyser. Qu’est-ce que cela signifie d’avoir un gâteau et de le manger ? La confusion moderne pourrait être due au double sens du mot « avoir ». Dans certaines situations, « avoir du gâteau » est synonyme de « manger du gâteau ». Ce que cette phrase essaie de dire, c’est que vous ne pouvez pas avoir votre gâteau – c’est-à-dire le posséder – et le manger, car une fois qu’il est mangé, vous ne l’avez plus.

Cette phrase était probablement parfaitement sensée pour Thomas Cromwell, à qui le duc de Norfolk avait dit en 1538 qu’« un homme ne peut pas avoir son gâteau et manger son gâteau ». L’expression a connu de nombreuses variantes depuis. L’ordre a souvent été interverti (cela aurait-il plus de sens si c’était « On ne peut pas manger son gâteau et l’avoir aussi » ?).

Lire cet article dans sa version originale

Apprenez l'anglais avec Babbel
Thomas Moore Devlin
Thomas a grandi dans la banlieue du Massachusetts et a déménagé à New York parce qu'il voulait vivre dans un endroit qui était exactement l'opposé de sa ville natale. Il a étudié la littérature anglaise et la linguistique à l'Université de New York, mais a passé la plupart de ses études à travailler pour le Washington Square News. Suivez-le sur Twitter.
Thomas a grandi dans la banlieue du Massachusetts et a déménagé à New York parce qu'il voulait vivre dans un endroit qui était exactement l'opposé de sa ville natale. Il a étudié la littérature anglaise et la linguistique à l'Université de New York, mais a passé la plupart de ses études à travailler pour le Washington Square News. Suivez-le sur Twitter.

Sur le même sujet

8 expressions en anglais illustrées

8 expressions en anglais illustrées

Les expressions en anglais sont parfois aussi obscures que le champ de vision d’un garde royal sous son bonnet en peau d’ours. Heureusement, on vous en a illustré quelques unes, histoire de vous aider à y voir plus clair.
Au fait, à quoi servent les expressions idiomatiques ?

Au fait, à quoi servent les expressions idiomatiques ?

Pour maîtriser une langue à la perfection, impossible de faire l’impasse sur les expressions idiomatiques. Ces locutions colorées et imagées contribuent à la richesse linguistique. Voyons ensemble tout le potentiel qu’elles renferment pour faciliter votre apprentissage !
Les expressions idiomatiques françaises les plus populaires

Les expressions idiomatiques françaises les plus populaires

Que serait la langue française sans ses expressions idiomatiques ? Voici les cinq expressions françaises les plus populaires.