Parlez une langue comme vous en avez toujours rêvé

Parlez une langue comme vous en avez toujours rêvé

Faites un essai ! La première leçon est offerte.

Mes mots français préférés

La langue française contient beaucoup de mots qui n'ont pas d’équivalent dans les autres langues, ou qui sont beaux, tout simplement. Notre collègue américain dresse la liste de ses mots français préférés.

Après un article sur ses mots allemands et espagnols préférés, notre collègue partage à présent ses mots préférés de la langue française.

Lorsque nous apprenons une langue étrangère, il y a des mots qui restent gravés dans notre mémoire, pour des raisons diverses. Certains expriment un concept culturel, quelque chose d’intrinsèquement lié à la langue ou la culture que nous découvrons. D’autres se rapportent à un phénomène qui nous est familier mais pour lequel il n’existe aucun équivalent dans notre langue maternelle. Ce sont ces derniers qui nous font dire « Bien sûr ! Pourquoi n’a-t-on pas de terme pour décrire ça ? ». Et puis, il y a des mots qui sont juste sublimes. Comme la musique ou la poésie, ceux-ci nous parlent, tout simplement, et résonnent en nous. Voici donc la liste des mots français préférés de notre auteur et issus de ces différentes catégories.

Dépayser



Ce mot semble approprié pour commencer car il décrit une expérience fondamentale lors de l’apprentissage d’une langue étrangère : sortir de sa zone de confort. Le verbe dépayser, qui n’a pas vraiment d’équivalent en anglais, se compose du nom pays et du préfixe dé- qui exprime la cessation ou l’action inverse. Le « dépaysement », ou même la forme réflective « se dépayser », fait référence à un changement d’habitude ou de milieu sans qu’il y ait besoin de quitter son pays, ou plus généralement une situation donnant un sentiment d’étrangeté. Ce mot peut d’ailleurs constituer un antidote au suivant…

Nombrilisme



Le terme nombrilisme a l’avantage d’être très imagé. Pour un anglophone qui apprend le français, il est d’autant plus facile à comprendre qu’un mot similaire existe en anglais (navel-gazing de navel - le nombril - et gaze - fixer du regard, contempler). Mais la construction avec ce -isme à la fin lui donne un statut de doctrine. De fait, il peut même être utilisé en référence à un groupe de personnes, voire à une nation entière ! Pour apprendre une langue étrangère, il va donc falloir abandonner le nombrilisme et aller se dépayser un peu !

Vachement



La signification de certains mots, on l’a vu, est assez intuitive, comme dans le cas du nombrilisme. Mais dans d’autres, elle est loin d’être évidente pour les personnes apprenant le français ; c’est notamment le cas de vachement. Décomposer le mot pour le comprendre ne sera pas très utile, car la relation avec l’animal reste assez obscure. On pourrait croire qu’il s’agit d’un adverbe dérivé de l’adjectif « vache », qui signifie « méchant », mais il est en fait employé dans le sens de « très », « tellement ». Beaucoup ne se rendent pas compte de la nature de ce mot pourtant si répandu.

Chauve-souris



Un autre des mots favoris de notre auteur est chauve-souris. Même si l’association de chauve et souris est envisageable pour décrire l’animal, l’absence de poils n’est pas vraiment la première différence qui saute aux yeux. Qu’en est-il des ailes, par exemple ? Est-ce qu’on ne devrait pas plutôt parler de souris volante ? Peut-être la personne ayant inventé ce nom a-t-elle observé l’animal pendant son sommeil ? Mais même si c’était le cas, pourquoi n’a-t-il pas d’abord pensé à « souris à l’envers » ? C’est quand même vachement bizarre…

Avoir le cafard



Vous vous sentez triste et mélancolique ? Voire déprimé(e) ? On dirait bien que vous avez le cafard. Et notre collègue comprend bien que n’importe qui finirait par broyer du noir, coincé en compagnie d’un cafard.

Chou



Le chou désigne à la base un légume. De Bruxelles ou chinois, chou-fleur ou chou-rave, les variantes sont nombreuses. Mais le chou sort du cadre culinaire lorsqu’il est utilisé pour décrire quelqu’un, souvent un enfant (bout de chou). Pour les personnes dont le français n’est pas la langue maternelle, une phrase telle que « Tu m’as apporté des fleurs ? Tu es vachement chou ! » peut vraiment surprendre la première fois.

Ronronner



Prononcer le mot ronronner est non seulement un excellent entraînement pour maîtriser le « r » français, mais cela recrée aussi le son de ce que le mot décrit, que ce soit pour un chat ou un moteur.

Coccinelle




Pour notre collègue anglophone, coccinelle est simplement drôle à prononcer. Le mot fait appel à tout le palais et fera voyager votre bouche à travers cinq consonnes et trois voyelles, alternant entre sons durs, ouverts, rocambolesques et fluides. Au vu de la créature qu’il désigne, on peut dire que le terme plutôt imaginatif.

Dépanneur



Et enfin, ce dernier terme est un petit clin d’œil de l’auteur à ses amis québécois, qu’il ne voulait pas oublier ! La liste de tous les mots et expressions fascinants en français québécois devra attendre le prochain article. Pour l’instant, voici déjà dépanneur, certes pas le mot québécois le plus palpitant, mais, pour des raisons personnelles, l’un des préférés de notre auteur. Même si, en français européen, le terme peut également avoir une signification plus large, on utilise dépanner généralement en relation avec la mécanique. Les Québécois, eux, vont encore plus loin dans l’idée : le dépanneur désigne l’épicerie du coin, où vous pouvez acheter votre alcool et vos chips à toute heure. Or, la pénurie de bières et de chips est un problème fréquent pour notre collègue. À Montréal, le dépanneur était toujours là !

Mille mercis à Julie P., Patrick R et Agathe C.




Vous avez aimé cet article ? Découvrez-en d’autres ici !

Mes mots allemands préférés
Mes mots italiens préférés
Mes mots portugais préférés
Mes mots anglais préférés
Mes mots préférés à travers le monde

Envie d'en savoir plus ?

Essayez maintenant!