Qu’est-ce que l’anglais vernaculaire afro-américain (AAVE) ?

Qu’est-ce que l’AAVE (African American Vernacular English) ? D’où vient-il ? Comment est-il utilisé aujourd’hui ?
Qu’est-ce que l’AAVE (African American Vernacular English) ? D’où vient-il ? Comment est-il utilisé aujourd’hui ?

Selon le Merriam-Webster Dictionary, l’anglais vernaculaire afro-américain, souvent abrégé en AAVE, est « une variante non standard de l’anglais parlée par certains Afro-Américains ». « Non – standard » est un terme assez vague, cependant, dans le domaine très vaste de la langue. Qu’est-ce qui est si « non standard » dans ce dialecte particulier de l’anglais ? Où est-il parlé, et par qui ? Quand et comment est-il devenu populaire ? Voyons cela de plus près.

Un prélude au sud

Les origines de l’AAVE remontent à l’arrivée des Noirs américains dans ce pays il y a plus de 400 ans, sur des navires négriers en provenance principalement d’Afrique occidentale. Toutefois, ses racines réelles relèvent parfois encore du mystère. Comme beaucoup d’éléments inconnus de l’histoire des Noirs, on ne sait toujours pas si l’AAVE est simplement une variante adaptée de l’anglais américain germanique entendu dans les plantations ou s’il s’agit d’une langue créole entièrement distincte issue du métissage entre l’anglais et plusieurs langues d’Afrique occidentale.

Le fait que l’AAVE partage de nombreuses caractéristiques structurelles et de prononciation avec d’autres langues créoles d’origine africaine dans le monde rend la théorie du créole intéressante pour les linguistes. Cela dit, l’AAVE partage également une grande partie de sa grammaire et de sa phonologie avec les dialectes ruraux du sud des États-Unis (article à lire en version anglaise).

Le mouvement de renouveau de la culture afro-américaine de la « Renaissance de Harlem » a donné naissance, dans les années 1920 et 1930, au jive, D’abord parlé dans le quartier de Harlem, à New-York, ce dialecte mélangeait alors l’AAVE, l’argot de Harlem, le jargon des criminels et de Broadway. Il a ainsi évolué vers un jargon rapide et passionnant qui s’est répandu avec l’influence qu’exerça New York. En outre, le linguiste William Labov a étudié comment la ségrégation raciale a contribué au développement de l’AAVE. Il a constaté que le fait de vivre dans des environnements communautaires a creusé l’écart avec l’anglais américain standard au fil du temps. 

Alors, qu’est-ce que l’AAVE exactement ?

L’anglais vernaculaire afro-américain est également connu sous le nom d’anglais noir ou d’anglais vernaculaire noir (et historiquement sous le nom de « Ebonics », mais nous reviendrons sur ce terme plus tard). Ce dialecte possède une phonologie, une grammaire et un vocabulaire uniques. Ses caractéristiques sont conventionnelles, ce qui signifie qu’elles sont suivies et comprises par l’ensemble de la communauté linguistique. Cela dit, vous constaterez ainsi que les accents et le vocabulaire de l’AAVE varient de New York à la Nouvelle-Orléans et à Chicago, comme c’est souvent le cas avec les dialectes géographiques.

Conjugaison des verbes

L’addition, la soustraction et le remplacement de mots clés, de voyelles et de consonnes distinguent l’AAVE de l’anglais américain standard. La suppression de la copule verbale au présent – en omettant « is » ou « are » — est l’une des caractéristiques les plus distinctes de l’AAVE. « Sasha going to the store » (Sasha va au magasin) ou « Tyrone working Saturday night » (Tyrone travaille samedi soir) en sont des exemples parfaits, et signifient la même chose que si « is » était présent.

Les locuteurs de l’AAVE peuvent aller plus loin et ajouter un « be » habituel pour signifier quelque chose qui est souvent ou habituellement fait. « Tyrone be working Saturday nights » signifie que Tyrone travaille régulièrement le samedi soir. Pour montrer que Tyrone a toujours travaillé le samedi soir, vous diriez : « Tyrone been working Saturday nights ».

Les verbes ne font également aucune distinction en fonction du nombre ou de la personne, ce qui signifie qu’il n’y a pas de suffixe –s à la troisième personne du singulier au présent. Par conséquent si vous voulez décrire l’endroit où Tyrone travaille, vous laissez tomber le s final, en disant, « He work at the bar. ». 

Changements de son

Il y a quelques changements réguliers de sons souvent observés en AAVE, en particulier, un phénomène appelé métathèse. La métathèse consiste à intervertir les sons à l’intérieur des mots. Par exemple, « ask » peut être prononcé « aks », ou « library » prononcé « libary ». Le TH-fronting est également une caractéristique importante de l’anglais vernaculaire afro-américain. Par exemple, « those » et « doze » se prononceront d’une façon presque identique. Un autre changement sonore courant consiste à laisser tomber le R lorsqu’il n’est pas suivi d’une voyelle, ce qui fait de l’AAVE l’un des nombreux dialectes non rhotiques parlés aux États-Unis (à la différence du R à la britannique, qui lui est rhotique).

Ordre des mots

L’ordre des mots dans les questions est également une caractéristique distinctive de la grammaire de l’AAVE. Par exemple, au lieu de déplacer le verbe pour qu’il suive immédiatement le mot de la question (« Why aren’t they coming? »), les locuteurs de l’AAVE maintiennent souvent l’ordre classique d’une déclarative (« Why they ain’t coming? »).

Parfois, nous, locuteurs de l’AAVE, aimons ajouter plus de mots que ce qui serait considéré comme strictement nécessaire pour transmettre notre message. (Pour quelle raison ? Because we be extra, of course.) Nous utilisons souvent la double négation (« Sasha ain’t never at the store ») et le prétérit « had » (« Tyrone had went to work ») pour faire passer le message. L’explétif « it » est l’un de mes aspects préférés de l’AAVE : il s’agit simplement de remplacer « there » par « it ». « It’s a bodega just two blocks away » est la façon dont je dirigerai une personne sortant du métro de NYC dans mon ancien quartier de Crown Heights, à Brooklyn. 

Lexique

L’un des aspects les plus remarquables et connus de l’AAVE concerne notre lexique de mots colorés et descriptifs. Il est de notoriété publique que le jazz a été inventé par les Noirs américains, mais saviez-vous que la façon moderne dont nous utilisons « cool » et « hip » vient également de chez nous ? Voici quelques exemples récents :

Finna

  • Signification : About to (sur le point de). A remplacé « fixing to » en anglais du Sud.
  • Exemple : I’m finna go to the store, you want anything

Wildin / whilin

  • Signification : Pour dire ou faire quelque chose de fou. Synonyme de buggin ou trippin.
  • Exemple : That professor was whilin assigning us all that reading.

GOAT

  • Signification : Acronyme qui signifie Greatest Of All Time. Utilisé en général pour décrire une icône.
  • Exemple : LeBron is the GOAT.

Remarque sur « Ebonics » et « Correctness »

L’anglais vernaculaire afro-américain était appelé « Ebonics » (un porte-manteau de « ebony » et « phonics ») lorsque le terme a été inventé dans les années 1970. Il a été créé par le psychologue noir Robert Williams dans l’espoir de changer le regard que l’on portait sur ce dialecte, qui était souvent qualifié d’anglais paresseux ou de bas étage par l’establishment blanc. Le terme a attiré l’attention du pays lorsque le conseil d’école d’Oakland a déclaré qu’il s’agissait de la langue principale de ses 28 000 élèves, principalement noirs. En raison de la tempête médiatique qui a suivi, « Ebonics » a désormais une connotation négative.

Bien sûr, il existe une multitude de façons de parler la langue anglaise. Comme l’a souligné l’auteure Toni Morrison, lauréate du prix Nobel de littérature, « il est terrible de penser qu’un enfant qui s’exprime avec cinq temps du présent arrive à l’école et se confronte à des livres qui ne reflètent pas assez sa propre langue. Et qu’on lui dise ensuite des choses sur sa langue, qui est sienne, et qui font parfois beaucoup de mal. »

L’AAVE dans le monde d’aujourd’hui

En musique, des artistes pop comme la chanteuse italo-américaine Ariana Grande sont passés des paroles fleuries et des rythmes de danse qui ont marqué les années 2000 et le début des années 2010 à des interludes de rap sur des tempo trap ces dernières années. Arian Grande gazouille dans sa chanson 7 rings, nominée aux Grammy Awards, « My receipts be lookin like phone numbas / If it ain’t money then wrong numba / Black card is my business [prononcé « bidniss »] card ». Elle ajoute divers « be » et « ain’t » habituels, et omet la copule verbale et les consonnes finales. Depuis qu’Internet a envahi nos foyers depuis 30 ans – en particulier lors de la dernière décennie, grâce à l’essor des réseaux sociaux – l’AAVE a même coloré les conversations des personnes non noires. 

video thumbnail

Il existe cependant d’autres situations où l’AAVE n’est toujours pas accepté – et où cela entraîne des conséquences tangibles. Prenez, par exemple, le système juridique des États-Unis. Lorsqu’on a entendu « He don’t be in that neighborhood » dans une salle d’audience de Philadelphie, un sténographe judiciaire a transcrit par erreur « We going to be in this neighborhood », soit exactement le contraire de ce qui a été dit.

Lorsque Warren Demesme devait être jugé en 2017 et qu’il a demandé à la police « Why don’t you just give me a lawyer, dog? », ses droits ont été ignorés parce que quelqu’un avait compris qu’il avait demandé un « chien avocat » (lawyer dog)… et non un véritable avocat. « L’implication la plus large est que les gens n’ont pas le sentiment d’équité et de justice parce que le système ne répond pas à leur langage », a déclaré Anthony L. Ricco, un avocat de la défense pénale basé à New York, lorsqu’il a été informé des résultats de cette étude.

Pour certains, le dialecte noir est assimilé à un manque d’éducation. Mais certaines personnes non-issues de la communauté Afro-Américaine semblent pouvoir passer de l’un à l’autre sans subir les conséquences de ce que peuvent vivre les locuteurs noirs. C’est pourquoi l’usage de l’AVE s’inscrit souvent dans le cadre de l’appropriation culturelle.

Les Noirs américains sont également confrontés à des situations au cours desquelles ils peuvent passer de l’AAVE à l’anglais américain standard – également connu sous le nom de code-switching. Cela peut se produire sur le lieu de travail ou à l’université, ou à tout autre moment lorsque l’on parle avec une personne qui ne comprend pas notre dialecte. Nous le faisons pour qu’ils puissent nous comprendre ou se sentir à l’aise, comme décrit dans la vidéo ci-dessus.

Pour ma part, l’AAVE représente avant tout une langue constituée de termes familiers amicaux, réconfortants et familiaux. L’AAVE, c’est comme la poitrine de votre mère qui se presse contre l’arrière de votre tête pendant qu’elle vous tresse. Sur le terrain de basket ou en communauté avec des amis, l’AAVE est un aspect de la communication en constante évolution, intime et unificateur de la vie des Noirs américains.

Apprenez l'anglais avec Babbel
COMMENCEZ AUJOURD'HUI
Partagez :