Linguistique : quelle est la différence entre localisation et traduction ?

En linguistique, la localisation est une pratique très fréquente. Mais en quoi est-elle différente de la traduction classique ?
Qu'appelle-t-on localisation en linguistique, et quelle est la différence avec la traduction classique ?

Le monde étant de plus en plus connecté, il est toujours plus nécessaire que les informations franchissent les frontières linguistiques et culturelles. Cela signifie que tout le texte et la langue d’affichage d’un produit – qu’il s’agisse d’une application, d’un film, d’un jeu vidéo, d’un mode d’emploi ou de quoi que ce soit d’autre – doit facilement être compris par ses utilisateurs, quelle que soit leur langue maternelle. Pour qu’un produit soit utilisable et apprécié par une multitude de personnes, il faut toutefois plus qu’une simple traduction directe. C’est là que la localisation entre en jeu.

En linguistique, la localisation est le processus par lequel un texte est adapté à un public bien spécifique. Elle se manifeste de différentes manières dans tous les secteurs. Nous examinerons ici comment localisation et traduction se complètent, et explorerons différentes façons de la mettre en œuvre.

La différence entre localisation et traduction

Si vous deviez dessiner un diagramme de Venn de la localisation et de la traduction, il y aurait une grande quantité de chevauchement. Bien que les deux pratiques ne soient pas exactement les mêmes, la localisation nécessite presque toujours une étape importante dédiée à la traduction. De son côté, une traduction ne sera réussie qu’en incluant un certain degré de localisation pour avoir un sens.

Les frontières entre ces deux concepts sont floues. Pour simplifier un peu, la traduction traite uniquement de la partie linguistique de l’équation. La localisation concerne tout le reste, y compris les références culturelles, les systèmes de mesure, les devises, les termes régionaux, etc. Localisation et traduction vont donc de pair pour offrir l’expérience la plus claire possible aux potentiels usagers.

Mais prenons plutôt un premier exemple pour y voir plus clair : les différences entre localisation et traduction, quand il s’agit de localiser un texte écrit… dans une même langue. C’est notamment le cas de textes localisés du français parlé en France vers le français parlé au Québec. Bien qu’il ne soit pas nécessaire de « traduire » entre ces deux langues, une personne pourrait vouloir localiser le contenu pour remplacer « lave-linge » par « laveuse », convertir une surface en pied-carrés, ou indiquer un prix indicatif en Dollars Canadiens.

Dans la plupart des cas, la traduction et la localisation vont de pair, et les services qui proposent la « localisation » ont tendance à couvrir les deux. Pourtant, préparer correctement le contenu nécessite une connaissance approfondie du public cible d’un produit, et fait souvent partie d’un processus appelé « internationalisation et localisation ».

Mondialisation, localisation et internationalisation

La localisation est un processus complexe qui nécessite beaucoup de précision, surtout pour les produits localisés pour plusieurs régions différentes. Il ne s’agit pas simplement de trouver et de remplacer des éléments spécifiques, car la localisation doit considérer toutes les différentes façons dont les médias peuvent être interprétés.

Vous pourriez penser que la localisation se fait en créant simplement un produit pour un marché et en le modifiant ensuite pour d’autres marchés. Les entreprises ont cependant constaté que ce n’est pas la façon la plus efficace de lancer un produit à plusieurs endroits simultanément. Au contraire, un produit est conçu en tenant compte de son « internationalisation ». Cela signifie que, à la base, un produit doit être aussi générique et facile à adapter que possible. Un exemple couramment cité est celui des manuels d’instruction fournis par le fabricant suédois de meubles, Ikea, qui privilégie les pictogrammes et évite toute référence linguistique afin que n’importe qui, n’importe où, soit à-même de feuilleter un même manuel pour monter facilement ses meubles (du moins, c’est l’idée). 

Bien qu’il s’agisse d’un exemple extrême, l’internationalisation consiste généralement à prendre très tôt des décisions qui faciliteront la localisation. Cela signifie qu’il faut éviter toute référence culturelle spécifique, utiliser des formes « standard » de la langue originelle et garantir que les choses soient aussi simples que possible sans perdre la nuance.

Une fois qu’un produit a été fabriqué, l’étape suivante commence, ce qui nous ramène à la localisation. Les services de localisation peuvent utiliser ce produit brut et l’adapter aux besoins des différents publics, ce qui est généralement plus rapide que de partir d’un produit conçu pour un marché et de devoir ensuite le localiser pour les autres.

L’ensemble de ce processus est appelé mondialisation — bien que certains utilisent indifféremment mondialisation et internationalisation — un mot qui décrit également la restructuration des économies mondiales pour que les produits et les services circulent plus librement entre les différents pays et régions. L’internationalisation et la localisation, comme vous pouvez le constater d’après les termes utilisés dans cette section, sont principalement destinées aux entreprises multinationales qui ont établi des marchés dans plusieurs endroits. Il ne serait pas logique qu’une émission de télévision, par exemple, s’internationalise, car il s’agit d’un projet artistique conçu pour un public. Dans ces cas-là, la localisation se fait après coup, et elle peut se manifester d’innombrables façons.

La localisation en quelques exemples

Alors que la mondialisation est devenue la norme, les entreprises et les artistes ont trouvé des solutions créatives pour que les choses soient parfaitement localisées. Bien qu’il y ait certainement des cas où la localisation n’est pas totalement attendue — nous ne nous attendons pas à ce que chaque produit ou œuvre d’art soit exactement adapté à notre culture — elle est probablement plus présente que vous ne le pensez. Que ce soit une bonne chose ou non, il existe d’innombrables cas où le contenu est ajusté de façon, petite ou grande, pour plaire à un certain type de personne.

Votre moteur de recherche : les moteurs de recherche sont conçus pour vous donner les meilleurs résultats possibles, et cela inclut l’utilisation de votre… localisation dans son algorithme. Cela se manifeste parfois de manière évidente, comme lorsque vous recherchez « nourriture près de chez moi » et que vous obtenez une carte des restaurants proches de votre position approximative. Mais même si vous recherchez une information qui n’est pas fondée sur votre emplacement, par exemple « renouvellement de carte grise », un moteur de recherche adaptera vos résultats en fonction de l’endroit où il pense que vous vous trouvez. À leur tour, les sites web localiseront leurs pages pour tenter d’obtenir un meilleur classement dans les résultats de recherche, en adaptant la langue et les termes clés pour toucher un plus grand nombre de personnes.

Marketing : les spécialistes du marketing passent une grande partie de leur temps à essayer de trouver la meilleure façon d’attirer les différents groupes démographiques, ce qui se traduit par des campagnes publicitaires et des promotions adaptées à des régions spécifiques. Une publicité dans la ville de New York, par exemple, peut mentionner les trajets en métro, les gratte-ciel, les bodegas et d’autres concepts locaux qui ne seraient pas pertinents ailleurs. L’espoir est de donner l’impression que l’entreprise « comprend » la ville, ce qui peut être utile si c’est bien fait. Lorsqu’elle est mal faite, elle peut devenir la cible de moqueries, comme cette publicité — en anglais — de 7-Eleven dans le métro qui disait : « Si nous ne pouvons pas avoir d’air frais, nous pouvons au moins avoir des muffins frais » (If we can’t have fresh air, at least we can have fresh muffins). Une bonne localisation en marketing exige de connaître réellement le caractère d’une ville, plutôt que de se contenter de quelques clichés.

Sous-titrage et doublage : apprécier un film ou une série dans une autre langue nécessite une traduction, mais il peut être tout aussi important de localiser les références. La comédie, en particulier, peut être difficile à traduire, surtout dans le cas de spectacles qui multiplient les jeux de mots et les références culturelles spécifiques à un pays. La version québécoise de la série d’animation américaine Les Simpsons, par exemple, a été saluée pour avoir remplacé des éléments culturels américains par des éléments québécois. Cela fonctionne particulièrement bien pour une émission animée, qui a tendance à être doublée au lieu d’être sous-titrée ; néanmoins, ce n’est pas toujours l’option préconisée par les producteurs, de peur de nuire à l’« intention originale » d’une œuvre. 

Refonte complète : une autre option pour localiser un podcast, une émission de télévision ou tout autre produit médiatique consiste à le refaire entièrement. Hollywood a fait des remakes de nombreux films non anglophones, en changeant la langue, les acteurs et parfois des éléments importants de l’intrigue pour répondre aux attentes du public américain. Il arrive de temps en temps qu’un film fasse l’objet de plusieurs remakes, comme le film italien Perfetti sconosciuti de 2016. Suite à son succès en Italie, pas moins de 17 remakes en ont été faits, avec des versions en grec, espagnol, français, arabe, chinois, vietnamien et autres. Le concept du film est le suivant : sept amis passent une nuit à jouer à un jeu dans lequel ils fouillent dans les téléphones des autres, et à la fin de la soirée, toutes leurs relations sont détruites. Le film a mieux marché dans certains pays que dans d’autres. Cependant, il doit toucher une corde sensible chez les spectateurs pour avoir inspiré autant de versions différentes. 

Si cet article se concentre sur la localisation des langues, il convient de noter qu’elle ne se limite pas à l’écriture et à la parole. Tout, depuis la nourriture servie dans les chaînes de restauration rapide jusqu’aux langages de programmation dorsaux, nécessite différents types de localisations. Alors que de nombreuses personnes craignent que la mondialisation ait un effet d’homogénéisation sur la culture (craintes qui sont d’ailleurs fondées), la localisation nous rappelle que même les entreprises riches et solides peuvent s’en tirer en traitant tous les groupes de personnes de la même manière. Que ce soit dans le domaine de la langue ou dans tout autre domaine, il existe encore un monde de diversité et de nuances auquel nous devons prêter attention.

Apprenez une nouvelle langue avec Babbel
COMMENCEZ AUJOURD'HUI
Partagez :