Rapport Babbel : quels pays sont les plus propices à l'apprentissage d'une langue ?

Par Rebecca van Sambeck

Contentful SuperLearners Visual SOK FRA 01


Apprendre une langue est difficile. Des études ont montré que le taux d'échec pouvait atteindre 70 à 90 % — et pour les personnes qui parviennent à apprendre une seconde langue, les recherches montrent que la situation géographique a un rôle à jouer.

En tant que première plateforme d'apprentissage des langues au monde, Babbel dispose d'une vision privilégiée des meilleurs endroits pour apprendre une nouvelle langue. Où vivent les meilleurs apprenants en langues ? Et certains pays sont-ils vraiment plus propices à l'apprentissage des langues que d'autres ?

Pour déterminer les 10 pays les plus propices à l'apprentissage des langues en Amérique du Nord et en Europe, Babbel a analysé les statistiques relatives à la motivation et à l'efficacité personnelle de millions de ses utilisateurs qui apprennent 14 langues différentes. Et les pays où l'on apprend le mieux les langues sont...


Top des 10 meilleurs apprenants en langues

1

Italie

2

France

3

Canada

4

Allemagne

5

Autriche

6

Pologne

7

Royaume-Uni

8

Pays-Bas

9

États-Unis

10

Espagne


Ce qui se cache derrière cette liste

Un élément important de la méthode Babbel est l'efficacité prouvée du principe psychologique de la répétition espacée. Avec cette approche, les nouvelles informations sont introduites et répétées au fil du temps par intervalles, faisant passer le nouveau vocabulaire de la mémoire à court terme à la mémoire à long terme.

Dans l'application Babbel, la répétition espacée repose entièrement sur le ratio magique entre les leçons et les révisions. Notre équipe d'analystes a constaté que les apprenants qui suivent un ratio de 60 % de leçons et 40 % de révisions sont, statistiquement, plus susceptibles d'avancer en toute confiance dans la création d'une habitude et d'atteindre leurs objectifs linguistiques. Nous appelons ce sous-groupe d'apprenants déterminés les « super-apprenants ».

Les pays ci-dessus sont classés en fonction du pourcentage le plus élevé de super-apprenants. Dans le cas de l'Italie, qui arrive en tête du classement, la répétition espacée est l'arme secrète. Au niveau mondial, les super-apprenants italiens de Babbel se distinguent par leur constance, maintenant un équilibre de 60 % de leçons et 40 % de révisions dans les 20 premiers jours d'apprentissage linguistique. Mais les avantages de la répétition espacée ne s'arrêtent pas là.

Peut-être avez-vous entendu dire qu'il faut 3 semaines pour créer une habitude ? Bien que cette « règle » des 21 jours ait été démentie, une étude en psychologie montre qu'il faut en moyenne 2 mois pour qu'un comportement devienne automatique. Fait intéressant, les super-apprenants italiens de Babbel, qui sont les plus assidus au cours des 3 premières semaines, sont également les plus assidus au cours du deuxième mois.

L'apprentissage d'une langue est un voyage qui dure des mois ou des années, en fonction du niveau de compétence recherché, mais il a été démontré que les super-apprenants qui développent une habitude solide au cours des 20 premiers jours obtiennent de meilleurs résultats et sont plus persévérants à long terme.

Les secrets de la réussite italienne

Contentful SuperLearners Visual SOK FRA 02


De nombreux habitants d'Europe occidentale sont bilingues, mais selon Todd Ehresmann, linguiste et responsable du contenu pédagogique chez Babbel : « Il existe un stéréotype selon lequel les Italiens seraient moins compétents en anglais et auraient tendance à être monolingues, comparés à la plupart de leurs voisins européens. Des statistiques récentes montrent que l'Italie se situe au bas de l'échelle en ce qui concerne la maîtrise de l'anglais et dans le dernier quart de l'échelle en termes de bilinguisme avéré ». Cependant, cette faiblesse peut constituer une véritable source de motivation.

« En fin de compte, tout tourne autour de la motivation à apprendre. Ne pas vouloir faire partie des Européens qui parlent mal anglais est une motivation bien plus forte que de vouloir maîtriser le vocabulaire des prochaines vacances pour pouvoir commander au restaurant. Si l'on n'y arrive pas, ce n'est pas la fin du monde. Mais si vous vivez en Italie et que vous ne maîtrisez pas l'anglais, cela peut vous désavantager sur le plan professionnel », explique-t-il.

En effet, les perspectives de carrière sont l'une des principales motivations pour apprendre une langue. Avec la Pologne, les Pays-Bas et l'Espagne, les utilisateurs italiens de Babbel citent le travail comme la première raison d'apprendre une nouvelle langue.

En Italie, l'industrie du tourisme représente 8,3 % de l'emploi total du pays. Le World Travel and Tourism Council prévoit que d'ici 2033, un·e Italien·ne sur sept travaillera dans le tourisme. Savoir parler une autre langue, en particulier l'anglais, peut donner aux Italiens une longueur d'avance pour obtenir l'un de ces emplois dans le secteur du tourisme, dans leur pays ou à l'étranger. Le besoin de travailler fournit sans doute une motivation intrinsèque forte aux utilisateurs italiens de Babbel.


Les Jeux Olympiques des apprenants de langues


En examinant le groupe des super-apprenants dans les 10 premiers pays, Babbel a analysé leurs habitudes de travail et leurs comportements pour voir comment les différents pays se distinguent.

Comme l'indique le classement des 10 premiers, l'Italie remporte la palme dans les catégories « le plus d'activités d'apprentissage » et « le plus de régularité ». Mais attention, la France et l'Allemagne ne sont pas en reste ! Nous nous pencherons sur les super-apprenants français et allemands dans un prochain article.

Contentful SuperLearners Visual SOK FRA 03

Pourquoi les Français sont les champions de la détermination ?


La France, qui occupe la deuxième place au classement général des super-apprenants, a également la particularité d'être le pays où l'on se fixe le plus d'objectifs. Pas moins de 75 % des apprenants français se fixent un objectif dans l'appli Babbel au cours des 7 premiers jours d'apprentissage d'une nouvelle langue.

L'une des fonctionnalités préférées de l'appli, le Suivi d'objectif, aide les apprenants à créer un programme d'étude axé sur les objectifs. Par exemple, vous voulez apprendre les bases de l'italien en 3 mois ? Le Suivi d'objectif tient compte de cet objectif et crée un programme avec des options pour étudier pendant 5, 15 ou 30 minutes par jour. C'est ainsi que Babbel stimule la motivation : vous vous fixez un objectif réalisable et flexible pour commencer à vous exprimer au niveau souhaité. Dans ce contexte, le Suivi d'objectif vous aide à suivre vos progrès et à respecter votre programme. C'est ainsi que Babbel vous aide à créer une habitude.

FRA setting goal image


Delphine, une Française qui utilise Babbel pour apprendre sa troisième langue, l'italien, déclare : « Je pense que la motivation est essentielle lorsqu'on apprend une nouvelle langue, mais le fait de pouvoir se fixer des objectifs et de voir ses progrès entretient la motivation ».

Delphine a utilisé le Suivi d'objectif pour créer un programme hebdomadaire pour son parcours d'apprentissage linguistique.

« J'essaie de respecter les objectifs de mon Suivi d'objectif et de me récompenser lorsque je suis sur la bonne voie. Souvent, les récompenses sont liées à la langue que j'apprends. Par exemple, je peux goûter une spécialité ou un plat italien, acheter un livre écrit en italien ou passer du temps à découvrir la culture italienne par le biais de la musique, des voyages ou des films ».


L'approche allemande en matière d'apprentissage


Bien que l'Allemagne ait un pourcentage plus faible de super-apprenants que l'Italie ou la France, son approche de l'apprentissage ne peut pas être ignorée. Dans le graphique ci-dessus, les super-apprenants allemands terminent plus de leçons et de révisions que n'importe quelle autre nationalité.

« L'Allemagne met davantage l'accent sur l'apprentissage des langues à l'école. Sans oublier que les Allemands sont de grands voyageurs ; le pays est celui qui dépense le plus d'argent dans le tourisme, suivi de près par les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada et la France », a déclaré M. Ehresmann.

Julia, une Allemande qui utilise Babbel pour apprendre sa quatrième langue, l'italien, est d'accord.

« En Allemagne, l'enseignement des langues occupe une place importante, principalement en anglais, mais aussi dans des langues comme le français », explique Julia. « Il existe un large éventail de compétences linguistiques chez les Allemands. Dans mon cercle d'amis, nombreux sont celles et ceux qui utilisent l'anglais avec beaucoup d'assurance, en particulier dans le contexte des voyages ».

Pour Julia, le fait de se fixer des objectifs et d'utiliser ses nouvelles compétences dès qu'elle en a l'occasion l'a aidée à parler couramment l'italien. « J'ai mis en place un programme d'apprentissage flexible, en allouant des heures spécifiques pour les cours et la pratique chaque jour... Il était essentiel d'avoir des objectifs réalisables pour progresser. Mon but était d'atteindre certains objectifs particuliers, comme comprendre un film sans sous-titres ou lire un livre en italien », ajoute-t-elle.

Pour Svenja, une autre Allemande qui apprend avec Babbel, la stratégie gagnante a été d'associer ses leçons et révisions de Babbel à des exercices physiques : « J'ai associé des activités quotidiennes à l'application Babbel. Selon des études scientifiques, il faut environ 66 jours pour créer une habitude, puis le cerveau se souvient automatiquement de la date à laquelle l'activité doit être effectuée. Cela signifie que chaque fois que je monte sur mon vélo d'appartement, j'ai juste envie d'utiliser l'appli Babbel ! Cela fonctionne vraiment et c'est une expérience géniale ».

Julia et Svenja reconnaissent toutes deux que la motivation et la régularité ont été la clé de leur réussite. « L'apprentissage d'une langue est beaucoup plus facile si on a un but. Le fait de trouver un sens à ce que vous faites fait de l'apprentissage quotidien un plaisir durable », précise Svenja.


Démystifier les mythes sur les apprenants aux États-Unis


Les États-Unis figurent parmi les derniers de la liste des 10 pays qui apprennent le mieux, mais ce n'est pas parce que les Américains apprennent mal les langues.

D'une façon générale, les Américains ont tendance à être monolingues : d'après les données du Bureau du recensement des États-Unis, environ 23 % des Américains sont bilingues. Ce pourcentage n'est peut-être pas comparable à celui de la Suède, qui est bilingue à 60 %, mais il est proche de la moyenne de 25 % pour le bilinguisme dans l'Union européenne. Cependant, les Américains rencontrent des défis spécifiques, inconnus des Européens, lors de l'apprentissage d'une nouvelle langue.

Tout d'abord, il y a la motivation. Le fait d'être bilingue n'est pas aussi avantageux pour la carrière aux États-Unis qu'en Europe, car la langue utilisée dans la plupart des lieux de travail américains est l'anglais. La « carrière » est donc moins un moteur pour apprendre une autre langue. Toutefois, dans un avenir proche, le bilinguisme deviendra probablement un facteur déterminant pour l'apprentissage d'une langue à des fins professionnelles. Selon les prévisions, les États-Unis compteront plus d'hispanophones que n'importe quel autre pays du monde d'ici 2050. L'espagnol (européen et mexicain) est déjà la langue d'apprentissage la plus prisée par les utilisateurs de Babbel dans le pays.

Si le voyage est la principale motivation des super-apprenants américains de Babbel, les anglophones abondent dans les destinations les plus appréciées des voyageurs du monde entier. De plus, en réalité, au moins la moitié des Américains ne quitteront jamais les États-Unis : selon le cabinet d'études de marché YouGov, 52 % des Américains n'ont pas de passeport. Et pour les Américains détenteurs d'un passeport, les vacances en vols long-courriers se font rares. Selon le Bureau des statistiques du travail des États-Unis, la durée moyenne des vacances des travailleurs américains oscille entre 10 et 19 jours, en fonction du nombre d'années de service. De leur côté, de nombreux Européens disposent de plusieurs mois de vacances et peuvent prendre un vol de deux heures pour s'immerger dans une nouvelle culture et sa langue.

Les Américains ont également tendance à avoir peur d'apprendre de nouvelles langues, note M. Ehresmann. Ils ne se croient pas à la hauteur, et ce mythe les retient : « De nombreux Américains pensent automatiquement : « Je ne peux pas apprendre une nouvelle langue parce que je n'ai pas commencé jeune ».

Certes, l'enseignement des langues dans les écoles américaines laisse à désirer. Alors qu'en moyenne 92 % des élèves européens apprennent une deuxième langue à l'école, seuls 20 % des élèves américains de la maternelle à la terminale suivent un cours de langue étrangère, selon Pew Research.

Mais M. Ehresmann rétorque : « En réalité, plus les recherches sur l'apprentissage des langues à l'âge adulte et l'apprentissage des langues à un âge précoce se multiplient, plus il apparaît que n'importe qui, quel que soit son âge, peut y parvenir. Il s'agit simplement de créer les bonnes habitudes et les bonnes motivations ».

« Concernant les aptitudes naturelles pour l'apprentissage des langues, rien ne rend les Américains moins compétents ou moins préparés à apprendre une langue », conclut M. Ehresmann.

De fait, les utilisateurs américains continuent de rencontrer le succès grâce à Babbel. En 2023, les super-apprenants américains ont quadruplé le nombre d'activités d'apprentissage quotidiennes qu'ils effectuent dans l'appli Babbel. Ce résultat indique que de plus en plus d'utilisateurs se sentent à l'aise dans la pratique de cette nouvelle compétence.

Jetez un œil à cette carte des États américains qui comptent le plus grand nombre de super-apprenants. Les super-apprenants Babbel des États comme le Texas, la Floride, la Californie et l'État de New York sont la preuve vivante que les Américains sont tout aussi doués pour apprendre les langues que n'importe qui d'autre.

Contentful SuperLearners Visual SOK FRA 04

Comment les super-apprenants utilisant l'écosystème de Babbel parviennent à parler couramment plus rapidement

Bien que les leçons et les révisions soient essentielles pour maîtriser une langue avec Babbel, les utilisateurs qui interagissent avec d'autres modes d'apprentissage ont tendance à obtenir de meilleurs résultats. Par exemple : les super-apprenants italiens écoutent en nombre record les audios et les podcasts Babbel par rapport à d'autres pays.

L'écosystème Babbel regroupe d'activités d'apprentissage divertissantes pour vous aider à atteindre vos objectifs sans vous ennuyer ni vous fatiguer.

  • Vous pouvez enrichir votre vocabulaire en jouant à des jeux comme le Labyrinthe de phrases

  • Améliorer votre compréhension avec des podcasts tels que « Un Día en Español »

  • Perfectionner vos compétences à l'oral avec des outils assistés par l'IA

  • Vivre des situations de la vie quotidienne avec les « Conversations du quotidien »

  • Participer à des classes en ligne Babbel Live animées par des professeurs de langues certifiés

    « Les individus adoptent diverses méthodes pour apprendre les langues, et en jouant à des jeux et en écoutant des podcasts dans une autre langue, les apprenants interagissent avec la langue dans des contextes et des modes variés », note M. Ehresmann. « Ils ne se contentent pas de voir la langue écrite, mais ils l'entendent également ou l'associent à des images. Cela leur permet de progresser sur le chemin qui mène vers une maîtrise parfaite de la langue ».

    De plus, le plaisir est au rendez-vous, rendant ainsi l'apprentissage plus agréable et accessible. C'est ce que Svenja, une Allemande passionnée d'apprentissage, attribue à sa motivation : « Apprendre doit être amusant, et le succès doit être à portée de main. Je pense que Babbel apporte une contribution précieuse à l'amélioration de la culture de l'apprentissage des langues grâce à son approche ludique. Laissez-vous guider par votre joie ! »

Alors, quand rejoindrez-vous les rangs des super-apprenants Babbel ?

Commencer ici

Rejoignez des millions d'apprenants Babbel qui surmontent chaque jour la barrière de la langue

Avis de la communauté Babbel